15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 13:06

Il se confirme, comme nous l'indiquions dans  l'article publié sur notre blog en août dernier, que la situation est bien bloquée dans le processus décisionnaire concernant le prolongement du tram train LEA de Meyzieu vers Crémieu, via Pusignan, Janneyrias et l'agglomération Pontoise.

Le processus de mise en place de l'AOT (Autorité Organisatrice des Transports), suite à la demande du Conseil Général de l'Isère en février dernier, a bien été lancé par le SYMBORD (Syndicat Mixte de la Boucle du Rhône en Dauphiné qui regroupe les élus des trois cantons de Pont de Cheruy, Crémieu et Morestel). Nous rappelons, pour mémoire, que c'est le SYMBORD qui a piloté le SCOT (Schéma de Cohérence Territorial définissant les grandes lignes de l'aménagement du secteur à 20 ans) et que ce SCOT, voté à l'unanimité des élus en décembre 2007, prévoit le prolongement du tram train.

Cette AOT ne pourra être mise en place que s'il y a l'accord de 100 % des communes concernées. Or,   selon l'article du Dauphiné Libéré du 3 juillet rendant compte de la réunion de la communauté de communes du 30juin 2008, les élus de la Communauté de Communes des "Portes Dauphinoises - Lyon Satolas" qui regroupe les six communes du canton de Pont de Cheruy (Anthon, Charvieu Chavagneux, Chavanoz, Janneyrias, Pont de Cheruy et Villette d'Anthon) se sont positionnés contre cette mise en place. Ils estiment que cela coûterait trop cher et qu'il vaudrait mieux que le canton de Pont de Cheruy intègre le département du Rhône pour "profiter" de la structure du SYTRAL qui est l'AOT du Grand Lyon.

Cette position nous semble juste un moyen de différer ce projet de tram train auquel certains élus ne se sont jamais réellement ralliés, sauf bien sûr juste avant les élections municipales et cantonales. Nous ne voyons pas en effet en quoi ce rattachement au département du Rhône pourrait coûter moins cher en final pour les contribuables que la mise en place d'une AOT sur le secteur (les coûts d'investissement et de fonctionnement seront toujours les mêmes). Demandez à vos connaissances qui habitent, ou ont habité, sur le Grand Lyon le montant des impôts locaux qu'ils payent,  et comparez avec ce que nous payons sur le secteur : vous serez édifiés. Par ailleurs comment peut on imaginer un prolongement du tram train qui s'arrêterait à la limite du canton de Pont de Cheruy, sans desservir les communes de Tignieu Jameyzieu et de Crémieu (communes hors Canton de Pont de Cheruy).

Dans ce contexte, nous avons soutenu la proposition du Collectif PARFER de lancer une pétition pour demander à la population d'apporter un soutien massif à cette demande de prolongement du tram train.
Depuis fin octobre cette pétition est lancée et notre association, comme toutes les associations et tous les particuliers qui soutiennent le Collectif, se mobilise pour que le nombre de signatures soit le plus important possible.

Article rédigé par André Mansiaux
 


Pour ceux qui veulent en savoir un plus sur ce projet de tram train, allez sur le site du Collectif PARFER et/ou prenez connaissance du texte ci-après que nous avions présenté lors de notre exposition sur le changement climatique fin mai 2008 à Villette d'Anthon :


 

Situation actuelle des transports dans le secteur :

- des transports en commun peu nombreux et peu efficaces,

- des embouteillages, de plus en plus, importants, sur les routes conduisant des cantons de Crémieu et de Pont de Cheruy vers la région lyonnaise,

- des coûts de carburant de plus en plus élevés (*),

- des émissions de polluants et de CO² accrues,

- de la fatigue, du stress, du temps perdu et des risques d'accidents,

- un parking du tram train LEA à son terminus de Meyzieu ZI complétement saturé.

(*) même si le prix des carburants a fortement baissé par rapport à la date où nous écrivions ce texte, ce en fonction de la crise économique mondiale que nous traversons, il augmentera d'une manière énéluctable dans les années à venir en fonction de sa raréfaction (nous avons atteint, ou nous atteindrons d'ici quelques années le pic de production : le déséquilibre entre l'offre et la demande qui en résultera ne pourra qu'entraîner une forte augmentation qui pourrait être pire que celle que nous avons connue l'été dernier).

Le projet :  

 utilisation de l'emprise de l'ancienne ligne du CFEL (Chemin de Fer de l'Est Lyonnais),

- 16 km en voie unique entre Meyzieu ZI et Crémieu avec des arrêts aux abords de Pusignan, Janneyrias, Charvieu Chavagnieux et Pont de Cheruy / Tignieu Jameyzieu,

- une absence de rupture de charge vers Lyon à l'arrivée à Meyzieu ZI,

- un temps de parcours de 50 mn entre Crémieu et Lyon La Part Dieu.

  Les contraintes qui ralentissent le projet de tram train

- une complexité administrative liée à l'implication dans le projet de 2 départements (Isère et Rhône),

- une complexité technique et organisationnelle à faire "cohabiter" 3 structures (LEA entre Lyon et Meyzieu, LESLYS entre Saint Exupery et Lyon, l'extension du tram train vers Crémieu),

- notre "éloignement géographique" du centre décisionnaire de Grenoble,

- une politique du Conseil Général de l'Isère qui privilégie un transport en bus en site propre sur l'ancienne voie du CFEL

 Les atouts qui pourraient le débloquer :

- le projet est mentionné dans le SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) de la Boucle du Rhône en Dauphiné qui a été voté à l’unanimité en décembre 2007,

- la mise en œuvre des mesures retenues lors du Grenelle de l’environnement, et qui prônent le développement des transports doux,

- la mobilisation des élus pour la concrétisation du projet (**),

- la mobilisation de la population concernée par le biais notamment de son appui au Collectif PARFER (***).

(**) nous espérons encore que les positions récentes prises par certains élus ne vont pas transformer ce que nous considérions en mai dernier comme un atout en une contrainte ralentissant le projet.

(***) la pétition actuelle, si elle atteint comme nous le pensons, une forte adhésion de la population, peut être un important levier pour faire avancer ce projet.

  Le Collectif PARFER :

- a été constitué en 2001 et est soutenu par plus de 1200 personnes venant de tous horizons (particuliers, associations, élus de tous bords),

- informe et mobilise les populations sur l’urgence de ce projet par le biais de réunions publiques régulières,

- est devenu l’interlocuteur des pouvoirs publics (participation au Comité de Pilotage mis en place par le Conseil Général de l’Isère sur les déplacements en transport collectif dans le Haut Rhône Dauphinois)

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Transport doux
commenter cet article
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 15:14




- Qui a écrit dans un tract non daté intitulé "L'EFFICACITE AU SERVICE DE TOUS" qui a été distribué dans les boîtes aux lettres du canton de Pont de Cheruy fin 2007 ou au tout début de début 2008 : "(Ma candidature) est fondée sur une expérience qui m'a permis, et qui me permet aujourd'hui encore, de bien défendre les intérêts de notre territoire, d'obtenir les financements indispensables pour la réalisation d'équipements dans votre commune. ... Pendant ce mandat, ... j'ai pu obtenir du département qu'il investisse ou subventionne des projets pour notre canton à hauteur de 27 millions d'euros. ... Depuis 1988, j'ai permis aux communes, associations, entreprises et particuliers du canton de Pont de Cheruy de bénéficier au total de plus de 80 millions d'euros de crédits du département. C'est sur la base de ce bilan, que je vous laisse découvrir, et pour mener à bien de nouveaux projets, notamment en matière de déplacements, que j'entends les 9 et 16 mars prochains solliciter à nouveau votre confiance." ?

- Qui a écrit dans un tract du 11 janvier 2008 distribué dans les boîtes aux lettres du canton de Pont de Cheruy : "
Je soutiendrai avec vigueur le projet de tram train, pour relier notre agglomération à Meyzieu, puis au centre de Lyon par Léa. .... On ne peut pas s'en passer pour désenclaver notre secteur. Pour cela, il faudra de la volonté et de la pugnacité. Vous pouvez compter sur moi" ?

- Qui a déclaré dans une interview au Dauphiné Libéré parue le 8 février 2008 que la priorité était au désenclavement et qu'il fallait " des transports qui correspondent aux besoins du canton" en ajoutant "si nous avons la majorité, je m'engage très fermement à la (la liaison canton de Pont de Cheruy / Est lyonnais) faire engager très vite
" ?

- Qui est intervenu lors de la réunion publique PARFER du 15 février 2008 à Chavanoz pour indiquer :
"que le PLU de Charvieu Chavagneux prévoit une réserve foncière pour une station (de tram train)"
"que Charvieu Chavagneux est prêt à financer chaque année 1 M€ pour les transports en site propre vers Lyon" ?

Si vous habitez le canton de Pont de Cheruy, vous avez tous reconnu les propos de Monsieur Gérard DEZEMPTE, notre conseiller général pour les 6 ans à venir.

Si vous n'avez pas lu la presse fin juin et début juillet dernier, vous devez être étonné du titre de cet article, car avec des engagements aussi clairs et répétés de notre conseiller général, devant sa pugnacité et le bilan de ses mandats précédents, il est probable que la plupart de ceux qui ont voté pour lui, et ils sont nombreux, doivent s'attendre à trouver à la rentrée une noria d'engins de chantier s'activer pour que ce tram train sorte rapidement de terre.

La suite va vous montrer qu'il y a eu un avant 9 mars 2008 (date des élections) et un après, et que le discours a radicalement changé, comme le montrent les dernières prises de position indiquées ci-après : 

Dans une interview de Monsieur Dezempte parue dans le Dauphiné Libéré le 28 juin dernier, ce dernier déclare :
"Le canton est maltraité par le département de l'Isère. Il a été beaucoup oublié, pas véritablement défendu. Moi qui suis profondément dauphinois, je pense pouvoir dire que l'avenir du canton est davantage avec le Rhône qu'avec l'Isère." 

Lors de la réunion du 30 juin dernier de la communauté de communes des "Portes Dauphinoises - Lyon Satolas" qui regroupent les 6 communes du canton de Pont de Cheruy (Pont de Cheruy, Charvieu Chavagneux, Chavanoz, Villette d'Anthon, Anthon et Janneyrias), les réflexions suivantes ont été menées (voir article du Dauphiné Libéré du 3 juillet)  :

- remise en cause de la création d'une AOT (Autorité Organisatrice des Transports) sous prétexte "qu'elle coûterait cher et n'apporterait rien" (cette structure classique est un préalable exigé par le Conseil Général de l'Isère pour examiner le financement du projet de tram train)
- orientation vers une demande d'extension du périmètre du SYTRAL (Syndicat Mixte des Transports pour le Rhône et l'Agglomération Lyonnaise)
- refus de la demande de la commune de Tignieu Jameyzieu d'intégrer la communauté de communes, Monsieur Dezempte mettant en avant que
"la limite naturelle de la communauté de communes est la Bourbre et que l'acceptation de Tignieu Jameyzieu serait un grand frein pour se raccorder au Rhône".
- critiques sur le résultat du SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) qui désavantagerait les communes du canton de Pont de Cheruy (alors que le SCOT a été voté à l'unanimité en décembre 2007)

Notre réflexion suite à ces prises de position est la suivante :
- on ne peut que s'étonner de cette volonté de changer de département, alors qu'à l'évidence il y a un étage de trop dans la structure pyramidale de l'état (commune, communauté de communes, département, région, état) et que s'il y en avait 1 à supprimer ce serait le département comme l'a proposé en début d'année le rapport Atali.
- ces prises de position (pas d'AOT et demande de changement de département) vont amener le conseil général de l'Isère à mettre le dossier du tram-train de côté
- toute l'énergie et le temps passé à faire aboutir ce changement de département va faire passer le dossier du tram train en 2ème priorité, ce qui veut dire qu'il n'aboutira pas.

C'est tout cela qui nous amène à penser que ce projet pourrait prendre 10 ans "dans la vue", et que nous risquons de ne pouvoir sérieusement en reparler qu'après les prochains élections municipales et cantonales du printemps 2014 (ceci d'autant plus que le Préfet du Rhône a émis mi-juillet la Déclaration d'Utilité Publique pour le tram train Aéroport Saint-Exupery / Lyon Part Dieu en avalisant le tracé au sud de Pusignan : ce tracé n'utilisant pas l'ancienne ligne du CFEL entrainera un surcoût de 17 à 18M€ pour le tram train Crémieu / Lyon)


Article rédigé par André Mansiaux

Repost 0
Published by Villette Développement Durable - dans Transport doux
commenter cet article
17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 12:49



 

Le Commissaire Enquêteur, désigné dans le cadre de l'enquête d'utilité publique sur le projet de tram train entre Lyon-Part Dieu et l'aéroport de Saint-Exupéry, vient de rendre un avis défavorable dans son rapport remis cette semaine : les raisons principales de cet avis défavorables sont liées au tracé proposé (tracé B)qui passe au sud de Pusignan en coupant des terrains agricoles (schéma ci-dessous) :

"le tracé B coupe la couronne verte dans laquelle la DTA (Direction Territoriale d'Aménagement)
suggérait de ne pas installer d'infrastructure"
- "le choix de quitter l'emprise du CFEL
(Chemin de Fer de l'Est Lyonnais) en direction de Pusignan avec une possibilité ultérieure de prolonger ensuite en direction de l'Isère vers Crémieu générera pour la collectivité une dépense supplémentaire" (cette dépense supplémentaire est estimée de 17 à 18 M€ par le commissaire enquêteur)

undefined













Il faut maintenant attendre la publication du rapport pour en connaître les termes exacts et surtout la réaction du Conseil Général du Rhône qui est porteur de ce projet : c'est cependant une bonne nouvelle.

Espérons que la raison l'emportera et que le CG du Rhône adoptera le tracé proposé par PARFER et qui est très proche du tracé initial de LESLYS, tracé qui emprunte la voie ferrée CFEL jusqu'à l'autoroute A 432 (voir tracé ci-dessous extrait de la contre proposition qu'a faite le Collectif PARFER lors de l'Enquête Publique).

undefined

Il est d'autant plus important de se mobiliser à court terme pour le retour à ce tracé qui permettrait de déjà réaliser 3 km de la future extension de LEA jusqu'à Pont de Cheruy et Crémieu.

Nous vous invitons en conséquence à assister à la réunion publique sur le tram train Lyon-Crémieu organisée par le collectif PARFER le 15 février prochain à 18h30 dans la salle des Condamines à Chavanoz (à coté du Petit Théâtre) : venez nombreux

Nota : pour plus d'informations sur la problématique du tram train dans l'Est Lyonnais, vous pouvez lire l'article que j'ai écrit le 24 décembre dernier sur ce blog  ou consulter le site Internet du Collectif PARFER

Article rédigé par André Mansiaux

Repost 0
Published by Villette Développement Durable - dans Transport doux
commenter cet article
24 décembre 2007 1 24 /12 /décembre /2007 15:57





Savez vous qu'il existe 3 projets de tram train dans l'Est Lyonnais (dont un qui est en service depuis 1 an) :

- tram train LEA entre Meyzieu et Lyon Part Dieu

Voici 1 an que ce tram train a été inauguré et le succès va bien au delà de tout ce que les plus optimistes pouvaient rêver : il n'y a qu'à se pointer vers 9h au parking voitures pour voir qu'il est déjà plein.

undefinedIl faut dire que tous les atouts étaient réunis

- un "site propre" grâce à la prévoyance du Conseil Général du Rhône qui a repris la propriété de la "Ligne de l'Est" et qui a su conserver en l'état son tracé (il en est de même pour la partie Isère entre Pusignan et Crémieu qui appartient au Conseil général de l'Isère),
- un train moderne et confortable roulant en pointe à 70km/h, ce qui permet de faire le trajet en 26 mm (impossible de faire mieux en voiture au heures de pointe),
- le prix d'un ticket TCL urbain, soit 1,50 € pour un trajet : faites le calcul de ce que vous coûte le même trajet en voiture sans oublier les frais de parking à Lyon,
- le prolongement de la ligne A du métro jusqu'à La Soie depuis octobre dernier, ce qui permet avec un seul changement d'aller sur Villeurbanne, le 6ème et la Presqu'île,
- et pour finir un faible impact sur la planète, aussi bien en terme de pollution que d'émission de CO² (savez vous qu'un tram émet en moyenne 20 g de CO² par km et par passager, alors que cette émission est en ville de l'ordre de 300 g pour une voiture moyenne comportant 1 seul passager, ce qui est malheureusement la situation courante).

- tram train LESLYS entre l'aéroport Saint Exupery et Lyon Part Dieu

La plupart d'entre vous doit savoir qu'un autre projet de tram train est en discussion pour relier l'aéroport de Saint-Exupéry à la gare de Lyon Part Dieu : il s'agit de LESLYS qui devrait être mis en service d'ici fin 2009.
Ce tram train doit utiliser une nouvelle voie entre l'aéroport et le terminus de LEA à Meyzieu et utiliser LEA jusqu'à Lyon.

Mais savez vous :

- que son tarif sera prohibitif et calculé sur le tarif des Satobus actuels : 14 € le trajet aller,
- qu'aucun arrêt intermédiaire autres que la ZI de Meyzieu (terminus de LEA) et La Soie n'est prévu, afin d'avoir un trajet le plus court possible pour les passagers de l'aéroport.

Ce projet n'est donc absolument pas destiné aux habitants du secteur qui voudraient aller sur Lyon (dans le meilleur des cas il n'y aura qu'un abonnement à tarif préférentiel pour le personnel des entreprises travaillant sur l'aéroport)

- tram train entre Crémieu et Lyon Part Dieu

Mais êtes vous au courant d'un projet de tram train qui permettrait de prolonger LEA jusqu'à Crémieu en utilisant le tracé de la "ligne de l'Est" ? Je pense que, comme moi qui ai découvert ce projet il y a seulement quelques semaines, vous devez pour la plupart d'entre vous tomber des nues, surtout à Villette d'Anthon qui n'est pas directement sur son tracé (il pourrait y avoir une gare à Pusignan et une autre à Janneyrias, ce qui mettrait l'accès en voiture à 5 mn de Villette d'Anthon, ou à 15 mn en vélo)

undefinedCe projet est défendu depuis 2001 par un collectif nommé PARFER dont je vous invite à prendre connaissance en allant consulter leur site Internet (cliquez sur leur logo ci contre) : il est dirigé par une vingtaine de membres actifs venant de tous horizons (particuliers, associations, élus de tous bords).

Je ne vais pas reprendre dans cet article toutes les informations que vous pourrez trouver sur leur site Internet, mais seulement citer les principaux obstacles auxquels a du faire face PARFER avec énergie et détermination pour éviter un enlisement de ce projet d'intérêt public :

- empêcher le déclassement de l'emprise de la voie ferrée comme cela a été tenté par des élus locaux il y a quelques années,
- amener les élus locaux à adhérer à ce projet : il reste actuellement une personne qui n'est apparemment plus contre, mais qui n'est pas encore pour d'une manière claire, à savoir M. DEZEMPTE, Conseiller Général de Pont de Cheruy et Maire de Charvieu-Chavagneux (selon ses propos tenus récemment, "je suis pour, mais pas pour tout de suite à cause des finances du Conseil Général")
convaincre les élus à intégrer ce projet dans le SCOT de la Boucle du Rhône en Dauphiné qui couvre les 46 communes des arrondissements de Pont de Cheruy , de Crémieu et de Morestel (les SCOT ou Schéma de COhérence Territoriale ont pour vocation de fixer les grandes orientations en terme d'aménagement à moyen terme, en ce qui concerne notamment les variations de population, le développement des activités et des emplois et les besoins de transports) : le dernier SCOT local visant l'échéance 2020 a été approuvé à l'unanimité le 13 décembre dernier par les élus des communes et/ou communautés de communes)
- sensibiliser le Conseil Général de l'Isère à la problématique de transport collectif pour notre secteur géographique qui est très excentré par rapport au centre de décision de Grenoble et qui est souvent perçu comme "dépendant" de Lyon,
- sensibiliser ce même Conseil Général à l'intérêt d'un tram train alors que sa politique est axée à 100 % sur le bus, ce qui a bien sur du sens dans les zones de montagne : un projet de bus utilisant le site propre de la voie ferré a été mis en avant, et même s'il se heurte à un refus de tous les élus locaux, il n'est pas encore abandonné,
- amener les élus des 2 Départements à se parler pour avoir une approche globale et non pas 3 projets indépendants comme c'était le cas jusqu'à présent (LEA et LESLYS pour le Rhône et la liaison Crémieu - Meyzieu pour l'Isère) : la partie n'est pas gagnée, mais le dialogue a commencé à se mettre en place depuis quelques mois, avec notamment les interventions du député Alain MOYNE BRESSAND, du président du SCOT Adolphe MOLINA et du président du Conseil Général André VALLINI,
undefined- et pour finir un point fondamental lié au point précédant, à savoir le tracé de LESLYS : le projet initial prévoyait d'utiliser le trajet de la voie ferrée jusqu'à Pusignan et de passer sous la ligne TGV et sous la route express RD517E (les ouvrages d'art ont même été construits pour permettre ces 2 traversées : voir photo) ; le dernier projet qui a été retenu pour l'enquête d'utilité publique, prévoit de quitter la voie ferrée à la sortie de Meyzieu et de faire passer LESLYS en diagonale au sud de Pusignan, tout ceci pour gagner quelques centaines de mètres de voies.
Si ce tracé était définitivement retenu, il ne serait pas possible de mettre en commun les 3 km de voies entre Meyzieu et Pusignan, ce qui amènerait de tels surcoûts pour ce nouveau tram train, qu'il pourrait être abandonné ou fortement décalé.
Le Collectif PARFER a proposé au Commissaire Enquêteur un contre-projet  reprenant globalement le tracé initial ; les élus Verts du Conseil Régional ont également fait la même démarche.
Le Conseil Municipal de Pusignan s'est également opposé officiellement au nouveau tracé.
La prochaine étape sera le rapport du Commissaire Enquêteur, qui n'aura pas force de loi, mais qui devra être examiné attentivement par le Conseil général du Rhône en cas de remise en cause du tracé proposé.

Il est probable, qu'avec les échéances électorales de mars prochain (municipales et renouvellement du Conseiller Général de Pont de Chéruy), tous les élus vont devenir de grands défenseurs du tram train (les transports doux deviennent à la mode suite notamment au Grenelle de l'Environnement), ce qui est plutôt bien : il faut par contre que les futurs élus s'engagent d'une manière précise pour que tout ne soit oublié quelques semaines après, comme c'est souvent le cas, ce qui implique une forte mobilisation des citoyens.

Vous pouvez contribuer à cette mobilisation :

- en apportant votre soutien au Collectif PARFER (bulletin de soutien imprimable disponible sur leur site Internet : il n'y a pas obligation de contribution financière)
- en assistant à la prochaine réunion publique d'information organisée par le Collectif PARFER qui doit se dérouler 2ème quinzaine de février (la date et le lieu seront disponibles sur leur site Internet d'ici quelques semaines et je les repréciserai sur le blog).

Article rédigé par André Mansiaux

Repost 0
Published by Villette Développement Durable - dans Transport doux
commenter cet article

Une Question ?

  • : Le blog d'un éco-citoyen du Nord Isère
  • Contact