9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 13:25

bibli

 

Les sujets abordés en 10 panneaux concernent : glacier, iceberg, banquise, animaux des régions polaires, Inuit et autres peuples de l’Arctique, expéditions polaires d’hier et d’aujourd’hui, courants marins, aurores boréales et australes, pergélisol (sol gelé)… et la synthèse des conclusions du GIEC (février Paris, 2007).


N'oubliez pas que tous les livres concernant le sujet sont disponibles au prêt

(ceux de l'exposition jusqu'au 5 octobre,
ceux du fonds propre de la bibliothèque sans restriction).





Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Changement Climatique
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 18:01

Malgré une actualité météorologique qui depuis 1 mois n'est faite que d'aéroports fermés suite à des tempêtes de neige et de records de froid sur toute l'Europe occidentale, le changement climatique continue son chemin au niveau de la planète.

Selon le climatologue James Hansen et son équipe du Goddard Institute for Space Studies (GISS), l'année 2010 sera l'année la plus chaude depuis le début des enregistrements en 1880. Les images ci-dessous, tirées du dernier rapport du GISS publié le 13 décembre dernier, représentent l'évolution des anomalies climatiques de la planète par rapport à la période 1950-1981 depuis 4 décennies. Elles sont particulièrement éloquentes, avec notamment la mise en évidence de l'emballement de la hausse des températures sur l'ensemble des zones arctiques (augmentation moyenne de 1,6 °C sur les 10 dernières années pour "seulement" la moitié pour les 30 années précédentes).

 

Hansen anomalies tempèratures

On aurait pu penser que, devant cette situation annoncée, nos gouvernants, malgré l'échec de la conférence sur le climat de Copenhague en décembre 2009, allaient prendre les mesures nécessaires pour limiter le réchauffement climatique à une valeur "raisonnable" fixée par les experts à 2 °C à l'horizon 2100.

La dernière conférence de Cancun le mois dernier a certes permis d'aboutir à la signature d'un accord , mais il n'a rien d'ambitieux, d'équitable et de juridiquement contraignant. Il comporte d’importantes lacunes et reste muet notamment sur la manière de combler le gigantesque fossé (Gigaton Gap) entre l’engagement pris à Copenhague de limiter l’augmentation des température à 2°C d’ici la fin du siècle, et les trop faibles annonces de réductions actuelles des gaz à effet de serre.
Pourtant, la science est formelle et ce depuis plusieurs années : selon le GIEC, ces engagements doivent impérativement être compris entre -25% et -40% d’ici à 2020 pour avoir une chance sur deux d’atteindre l’objectif d’une limitation à +2°C.
Coté Protocole de Kyoto, alors qu’il était vital de sécuriser une deuxième période d’engagement, rien n’est acquis. Aucun calendrier n’a été fixé pour renouveler les objectifs de réduction des pays industrialisés alors que le premier cycle d’engagements prend fin en 2012. Sur le banc des accusés, les pays freineurs (Japon, Russie, Canada, etc) continuent de saboter la poursuite et l’amélioration après 2012 du seul outil contraignant international en faveur du climat.
Cependant, ce texte même imparfait a le mérite de maintenir un cadre concret de discussion au plus haut niveau.

Côté Europe, malgré la volonté de plusieurs pays de s'engager sur une réduction de 30 % des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020, il n'y a toujours pas de position commune et la France est très en retrait en refusant de s'engager sur ce niveau de réduction de 30 %.

L'évolution de la position de la France peut se résumer par ces 2 phrases prononcées par le Président de la République :

  • "Je veux que le Grenelle soit l'acte fondateur d'une nouvelle politique, d'un New Deal écologique en France, en Europe et dans le monde" (conclusion de son discours du 27 octobre 2007 lors de la cérémonie de lancement du Grenelle de l'environnement)
  • " Toutes ces questions d'environnement, (...) ça commence à bien faire" (table ronde du 6 mars 2010 avec la profession au salon de l'agriculture)

Même si la loi "Grenelle 1" qui fixait les grandes orientations était relativement ambitieuse, bien qu'insuffisante, la loi Grenelle 2 fixant les règles concrêtes a revu toutes ces ambitions à la baisse.

Parmi toutes les mesures initialement retenues lors du Grenelle de l'environnement, on peut noter les reculades suivantes qui ont eu lieu en 2010 :

  • Non mise en place de la taxe carbone.
  • Report de la mise en place de l'éco-redevance sur les camions.
  • Fortes contraintes pour installer des parcs éoliens (15 MW minimum, soumission des projets aux mêmes règles administratives que les installations polluantes, ...), avec comme conséquence une probable remise en cause de l'objectif de la France d'atteindre 20 % d'énergies renouvelables en 2020.
  • Report de l'étiquettage environnemental et social des produits (le texte initial du projet de loi Grenelle 2 prévoyait sa généralisation en janvier 2011 : le texte voté en juin 2010 ne prévoit plus qu'une expérimentation d'au moins 1 an à lancer mi 2011).
  • Le montant de la  taxe sur l'incinération et la mise en décharge des déchets qui avait vocation à inciter les collectivités à éviter ces pratiques a été tellement réduit qu'il n'a plus rien d'incitatif.
  • Le gel des autoroutes n'a pas passé le cap des discours et les autorisations de nouvelles constructions ont été nombreuses en 2010 (et on reparle de l'A48 au niveau de l'Isle Crémieu et de l'A51 entre Grenoble et Sisteron).
  • Les pressions sont fortes pour ne pas respecter l'engagement de réduction de 50% de l'usage des pesticides.
  • une baisse des crédits d'impôt pour les particuliers sur les énergies renouvelables, avec notamment une division par 2 de celui prévu pour l'équipement en panneaux photovoltaïques.

 

L'année 2010 restera mauvaise pour la planète et 2011 ne sera sans doute pas mieux.

Tous mes meilleurs voeux quand même pour cette nouvelle année.

 

Article rédigé par André Mansiaux

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Changement Climatique
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 10:24

La France sort d'une vague de froid inhabituelle à cette période de l'année, et on pourrait s'interroger sur les contradictions apparentes qui existent entre ces températures très basses et le réchauffement de la planète.

Les températures moyennes de l'année 2010 en France devraient être proches des valeurs normales et au niveau mondial faire partie des 3 plus élevées jamais enregistrées depuis 1850.

Même si la France n'a pas connu cette année d'épisodes caniculaires, il faut se rappeler que cela n'a pas été le cas dans d'autres régions du monde, comme par exemple en Russie l'été dernier ou en ce moment sur l'Europe du Sud et Israël.

Si on prend la période récente du mois de novembre 2010, ces contrastes sont particulièrement bien illustrés par les 2 cartes ci-dessous qui mettent en évidence les anomalies de température (écarts par rapport aux valeurs normales).

La 1ère représente ces anomalies au niveau mondial sur le mois de novembre et la 2ème celles de l'Europe pour les 10 derniers jours de novembre :

climat mondial novembre 2010

 

climat Europe 20 au 30 novembre 2010

On peut y voir que cette zone très froide qui affecte la France, l'Espagne, l'Angleterre et le nord de l'Europe représente une surface relativement faible par rapport aux zones chaudes situées en particulier sur l'Europe de l'Est et du Sud et au nord du 60ème parallèle de l'hémisphère nord.

On peut voir également qu'au niveau mondial la surface des anomalies positives représentées en vert, jaune et orange (températures plus élevées que les valeurs normales) est beaucoup plus importante que celle des anomalies négatives représentées en bleu et violet, ce qui est bien conforme à un réchauffement global de la planète.

 

La plupart des scientifiques considèrent que ces fluctuations sont normales et qu'il y a toujours eu  régionalement des successions de périodes de courtes durées très chaudes ou très froides.

Ils considèrent également qu'il n'y a aucun constat de modification de débit ou du parcours du Golf Stream qui amène de l'eau chaude du Golfe du Mexique vers l'Ouest de l'Europe. L'hypothèse d'une disparition totale du Golf Stream  à moyen terme n'estpar ailleurs actuellement retenue dans aucun des scénarios de modélisation des changements climatiques.

 

Dans le rapport annuel "Artic Report Card", publié en octobre dernier, un groupe d'expert internationaux met en évidence les éléments suivants extraits de l'article publié le 26 octobre 2010 sur le site "notre-planete.info" :

 

"Les scientifiques ont découvert que les températures atmosphériques plus chaudes en Arctique au cours de l'automne bouleversent la circulation atmosphérique dans les latitudes moyennes de l'Arctique et du Nord. L'hiver 2009-2010 a fait l'objet de températures extrêmement basses et des chutes de neige considérables dans les latitudes moyennes ainsi que de changements dans les configurations des vents de l'Arctique. Selon les chercheurs, ces phénomènes sont liés à une phase de l'oscillation arctique (un modèle de circulation atmosphérique dans laquelle la pression atmosphérique au-dessus des régions polaires varie par rapport à celle au-dessus des latitudes moyennes -environ 45 degrés Nord- sur des échelles de temps situées entre des semaines et des décennies).

Les modèles suggèrent que la perte de banquise arctique en hiver favoriserait un climat plus rigoureux sur les latitudes moyennes de l'hémisphère Nord, l'hiver 2009-2010 pourrait donc se reproduire de plus en plus souvent. Un véritable paradoxe climatique : plutôt qu'un réchauffement général partout, le changement climatique devrait déplacer le froid de l'Arctique plus au sud."

 

La vague de froid que nous venons de connaître semble confirmer les éléments de ce rapport.

 

Article rédigé par André Mansiaux

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Changement Climatique
commenter cet article
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 11:50
26 experts du climat, de renommée mondiale, ont publié fin novembre une synthèse des résultats de plusieurs centaines de publications scientifiques sur le changement climatique parues depuis la sortie en 2007 du 4ème rapport du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat).

Ce rapport, appelé "The Copenhagen Diagnosis", sert de document intermédiaire avant le 5ème rapport du GIEC qui sera publié en 2013. Sa date de sortie coïncidait avec la tenue de la conférence de Copenhague. Il est téléchargeable sur le site Copenhagen Diagnosis (synthèse disponible en français).

Les principaux éléments de ce rapport sont les suivants :
  1. 1 - En 2008, les émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2) ont été  40 % plus élevées que celles générées en 1990. Leur croissance était de 1 % par an dans les années 1990 : elle est de 3,4 % par an depuis l'an 2000, valeur au dessus du scénario le plus défavorable retenu par le GIEC en 2007.

  2. 2 - Les mesures effectuées par satellite et sur la glace mettent en évidence une accélération de la vitesse de fonte de l'ensemble des glaciers, notamment ceux du Groenland et de l'arctique dont la fonte totale entraînerait une élévation du niveau des mers de 60 mètres.

  3. 3 - La banquise arctique a fondu sur la période 2007 - 2009 beaucoup plus vite que ne le prévoyaient les  modèles climatiques du 4ème rapport du GIEC de 2007 (constat d'une surface de 40 % inférieure aux prévisions des modèles). Cette fonte de la surface de la glace de mer n'a aucune incidence sur le niveau des mers, mais les eaux libres qui remplacent la glace absorbent beaucoup plus les rayons solaires (phénomène d'albédo), amplifiant l'élévation de la température des océans. Il est probable que l'océan arctique soit entièrement libre de glace en fin d'été vers l'année 2040, alors que les prévisions du 4ème rapport du GIEC reportait cette fonte totale vers la fin du siècle ou le début du 22ème siècle.variation surface banquise

  4. 4 - L'élévation moyenne du niveau de la mer est de 3,4 mm par an depuis 15 ans, valeur supérieure de 80 % aux dernières prévisions du GIEC. Il est possible que l'élévation du niveau des mers à la fin du siècle soit le double que celle prévue par le GIEC dans son dernier rapport.

  5. 5 - Pour obtenir une probabilité des 2/3 de ne pas dépasser une augmentation de  la température moyenne de la terre de 2°C par rapport à celle de l'époque préindustrielle, il faudrait limiter l'émission de CO2 entre les années 2000 et 2050 à 1100 Gigatonnes. Or nous avons déjà émis 350 Gigatonnes entre 2000 et 2009. Au rythme actuel, il ne faudrait que 21 ans pour émettre les 750 Gigatonnes "restantes".

    - Avec un pic d'émission de CO2 en 2011 (demain matin) et une baisse de 3,7 % par an des émissions, il faudrait qu'en 2050, nos émissions soient limitées à 1 tonne par personne par an (les émissions de CO2 sont actuellement de 6 tonnes en France et de 20 tonnes aux USA).

    - Avec un pic d'émission en 2015 (après demain) et une baisse de 5,3 % par an des émissions, il faudrait ne plus émettre une seule tonne de CO2 au niveau de la planète dès 2048.

    - Avec un pic d'émission en 2020 (dans 10 ans) et une baisse de 9 % par an, il faudrait ne plus émettre une seule tonne de CO2 dès 2040.

    réduction CO2 pour 2 degrés avec 67 % chance


Tous ces éléments permettent de se rendre compte que la perte d'au moins une année, suite à la non signature d'un accord contraignant à Copenhague, pourrait être catastrophique pour la limitation du réchauffement climatique.


Article rédigé par André Mansiaux


Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Changement Climatique
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 09:12

le Lundi 7 Décembre 2009


Cinquante-six journaux publient lundi le même éditorial appelant tous les dirigeants à prendre des mesures efficaces pour lutter contre le réchauffement climatique lors du sommet de Copenhague, a annoncé le quotidien britannique Guardian dimanche. Alors que s'ouvre ce sommet, les journaux de 45 pays comme Le Monde (France), le Miami Herald (Etats-Unis), la Repubblica (Italie), le Cambodia Daily (Cambodge) ou le Gulf Times (Qatar) mettent en garde contre l'inaction, sous peine de voir la planète "ravagée" par le réchauffement.

 

 "Nous appelons les représentants des 192 pays rassemblés à Copenhague à ne pas hésiter, à ne pas sombrer dans les querelles, à ne pas rejeter la responsabilité sur les autres mais à transformer cet échec majeur de la politique moderne en occasion d'agir".

 

Le texte est publié en 20 langues, dont le chinois, le russe et l'arabe. Il a été mis au point par les divers éditorialistes depuis plus d'un mois en prévision du sommet. Il souligne que le réchauffement est un fait avéré, malgré une récente controverse née d'accusations selon lesquelles des savants auraient tenté de supprimer des données allant à l'encontre de la thèse du réchauffement climatique.

 

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Changement Climatique
commenter cet article
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 10:03
Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Changement Climatique
commenter cet article
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 18:46




 




  
   
  tck tck tck
       C'est l'aiguille des secondes qui continue sa course.
    tck tck tck
       Le temps passe, nous nous rapprochons du Sommet
             de Copenhague.





 « Tck Tck Tck »,  c'est le symbole choisi par un mouvement mondial regroupant notamment des ONG environnementales et humanitaires, des syndicats et des gens comme vous et nous, et qui tous demandent un accord sur le climat à Copenhague qui soit efficace, juste et fondé sur le consensus scientifique.

Parmi les ONG à l'origine de ce mouvement mondial, vous trouverez plusieurs ONG qui font partie, en France, de l'Ultimatum Climatique. Hasard ? Non. L'Ultimatum Climatique est en quelque sorte la déclinaison française de Tck Tck Tck.

Pour plus d'information sur cette initiative mondiale, visitez timeforclimatejustice.org , téléchargez gratuitement la chanson "BEDS ARE BURNING" après avoir regardé  la vidéo et complétez votre information sur  tcktcktck.org !



 

 

 

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Changement Climatique
commenter cet article
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 18:54



Nous vous proposons un petit retour  sur l'exposition sur le changement climatique qui s'est déroulée à Villette d'Anthon dans la salle Bazin du 26 au 30 mai dernier.

Les enseignants des classes de CM1 et CM2 des deux écoles de Villette d'Anthon (Ecoles Primaires du Bourg et de Mons-Asnières) ont fait remplir le questionnaire ci-contre à leurs élèves pour connaître leur empreinte climatique.

En fonction du nombre de triangles, de carrés et de ronds obtenus , chaque élève pouvait déterminer d'une manière simple le nombre de planètes qui seraient nécessaires, si tout le monde avait le même mode de vie qu'eux, suivant le "barême" suivant :

- 3 planètes pour une majorité de triangles,

- 2,5 planètes pour autant de carrés que de triangles,

- 2 planètes pour une majorité de carrés,

- 2 planètes également pour autant de ronds que de triangles,

- 1,5 planète pour autant de ronds que de carrés,

- 1 planète pour une majorité de ronds.

 

 

A partir de ce bilan simplifié de 8 questions et sur les réponses de plus de 100 enfants, les résultats suivants ont été obtenus :

 

Nombre de planètes nécessaire

 

1

47 %

1.5

16 %

2

15 %

2.5

1 %

3

21%

 

 

Ainsi 53 % des enfants ont besoin de plus d'une planète pour vivre et 22 % ont même besoin de plus de 2 planètes ! 

 

Mais quand même,

 

 

peut être pouvons nous espérer qu'ils ne diront plus

 

 

(et ne laisseront plus dire sans réagir) :

 

    

Et vous, si vous vous amusiez à calculer la votre d'empreinte ?

Aller sur le site de l'ADEME, et vous saurez ! 

 

Article rédigé par André Mansiaux

 

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Changement Climatique
commenter cet article
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 18:58



 



L’exposition organisée par Villette Développement Durable sur le changement climatique s’est déroulée du 26 au 30 mai 2008 dans la salle G. Bazin. A cette occasion, la météo nous a fait un petit clin d’œil en ne déversant, sur Villette d’Anthon, que quelques pluies éparses au lieu de trombes d’eau comme cela a été le cas sur de nombreuses communes de la région.

Plus de 200 personnes sont venues nous rendre visite, et parmi elles, des élèves accompagnés de leurs enseignants (principalement des classes de CM1 et CM2) des 2 écoles primaires de Villette d’Anthon et de l’école primaire de Janneyrias.

Tous les visiteurs ont pu prendre conscience, exemples et maquettes à l’appui, du réchauffement de la planète constaté sur tous les continents depuis quelques dizaines d’années, de son origine liée aux activités humaines et de ses conséquences qui pourraient être redoutables et durables.

De nombreuses questions ont été posées sur les énergies renouvelables et les petits gestes quotidiens que chacun peut faire pour limiter au maximum ce réchauffement climatique, et tous sont repartis avec des résolutions plein la tête.

Ceux qui voulaient en savoir plus ont pu consulter dans la bibliothèque voisine les ouvrages sur le changement climatique et le développement durable qui avaient été sélectionnés et rassemblés par Madame LAISIS pour l’occasion.


Article rédigé par André Mansiaux

Repost 0
Published by Villette Développement Durable - dans Changement Climatique
commenter cet article
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 10:32






 ... titre le Dauphiné Libéré du 2/6/2008 en page 13  

Repost 0
Published by Villette Développement Durable - dans Changement Climatique
commenter cet article

Une Question ?

  • : Le blog d'un éco-citoyen du Nord Isère
  • Contact