1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 18:01

Malgré une actualité météorologique qui depuis 1 mois n'est faite que d'aéroports fermés suite à des tempêtes de neige et de records de froid sur toute l'Europe occidentale, le changement climatique continue son chemin au niveau de la planète.

Selon le climatologue James Hansen et son équipe du Goddard Institute for Space Studies (GISS), l'année 2010 sera l'année la plus chaude depuis le début des enregistrements en 1880. Les images ci-dessous, tirées du dernier rapport du GISS publié le 13 décembre dernier, représentent l'évolution des anomalies climatiques de la planète par rapport à la période 1950-1981 depuis 4 décennies. Elles sont particulièrement éloquentes, avec notamment la mise en évidence de l'emballement de la hausse des températures sur l'ensemble des zones arctiques (augmentation moyenne de 1,6 °C sur les 10 dernières années pour "seulement" la moitié pour les 30 années précédentes).

 

Hansen anomalies tempèratures

On aurait pu penser que, devant cette situation annoncée, nos gouvernants, malgré l'échec de la conférence sur le climat de Copenhague en décembre 2009, allaient prendre les mesures nécessaires pour limiter le réchauffement climatique à une valeur "raisonnable" fixée par les experts à 2 °C à l'horizon 2100.

La dernière conférence de Cancun le mois dernier a certes permis d'aboutir à la signature d'un accord , mais il n'a rien d'ambitieux, d'équitable et de juridiquement contraignant. Il comporte d’importantes lacunes et reste muet notamment sur la manière de combler le gigantesque fossé (Gigaton Gap) entre l’engagement pris à Copenhague de limiter l’augmentation des température à 2°C d’ici la fin du siècle, et les trop faibles annonces de réductions actuelles des gaz à effet de serre.
Pourtant, la science est formelle et ce depuis plusieurs années : selon le GIEC, ces engagements doivent impérativement être compris entre -25% et -40% d’ici à 2020 pour avoir une chance sur deux d’atteindre l’objectif d’une limitation à +2°C.
Coté Protocole de Kyoto, alors qu’il était vital de sécuriser une deuxième période d’engagement, rien n’est acquis. Aucun calendrier n’a été fixé pour renouveler les objectifs de réduction des pays industrialisés alors que le premier cycle d’engagements prend fin en 2012. Sur le banc des accusés, les pays freineurs (Japon, Russie, Canada, etc) continuent de saboter la poursuite et l’amélioration après 2012 du seul outil contraignant international en faveur du climat.
Cependant, ce texte même imparfait a le mérite de maintenir un cadre concret de discussion au plus haut niveau.

Côté Europe, malgré la volonté de plusieurs pays de s'engager sur une réduction de 30 % des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020, il n'y a toujours pas de position commune et la France est très en retrait en refusant de s'engager sur ce niveau de réduction de 30 %.

L'évolution de la position de la France peut se résumer par ces 2 phrases prononcées par le Président de la République :

  • "Je veux que le Grenelle soit l'acte fondateur d'une nouvelle politique, d'un New Deal écologique en France, en Europe et dans le monde" (conclusion de son discours du 27 octobre 2007 lors de la cérémonie de lancement du Grenelle de l'environnement)
  • " Toutes ces questions d'environnement, (...) ça commence à bien faire" (table ronde du 6 mars 2010 avec la profession au salon de l'agriculture)

Même si la loi "Grenelle 1" qui fixait les grandes orientations était relativement ambitieuse, bien qu'insuffisante, la loi Grenelle 2 fixant les règles concrêtes a revu toutes ces ambitions à la baisse.

Parmi toutes les mesures initialement retenues lors du Grenelle de l'environnement, on peut noter les reculades suivantes qui ont eu lieu en 2010 :

  • Non mise en place de la taxe carbone.
  • Report de la mise en place de l'éco-redevance sur les camions.
  • Fortes contraintes pour installer des parcs éoliens (15 MW minimum, soumission des projets aux mêmes règles administratives que les installations polluantes, ...), avec comme conséquence une probable remise en cause de l'objectif de la France d'atteindre 20 % d'énergies renouvelables en 2020.
  • Report de l'étiquettage environnemental et social des produits (le texte initial du projet de loi Grenelle 2 prévoyait sa généralisation en janvier 2011 : le texte voté en juin 2010 ne prévoit plus qu'une expérimentation d'au moins 1 an à lancer mi 2011).
  • Le montant de la  taxe sur l'incinération et la mise en décharge des déchets qui avait vocation à inciter les collectivités à éviter ces pratiques a été tellement réduit qu'il n'a plus rien d'incitatif.
  • Le gel des autoroutes n'a pas passé le cap des discours et les autorisations de nouvelles constructions ont été nombreuses en 2010 (et on reparle de l'A48 au niveau de l'Isle Crémieu et de l'A51 entre Grenoble et Sisteron).
  • Les pressions sont fortes pour ne pas respecter l'engagement de réduction de 50% de l'usage des pesticides.
  • une baisse des crédits d'impôt pour les particuliers sur les énergies renouvelables, avec notamment une division par 2 de celui prévu pour l'équipement en panneaux photovoltaïques.

 

L'année 2010 restera mauvaise pour la planète et 2011 ne sera sans doute pas mieux.

Tous mes meilleurs voeux quand même pour cette nouvelle année.

 

Article rédigé par André Mansiaux

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Changement Climatique
commenter cet article
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 10:46

Le 3e numéro du bulletin 

  Les INFOS du TRAM-TRAIN
cliquez  sur l'étiquette ci-dessus pour le lire
de décembre 2010 vient d'être diffusé sur le site internet du
Collectif PARFER LYON <=> CREMIEU.

 

 


  et n'oubliez pas :

N'hésitez pas à diffuser ce bulletin à toutes
vos connaissances qui se sentent concernées
par ce projet afin que nous soyons de plus en
plus nombreux à réclamer sa réalisation.

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Transport doux
commenter cet article
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 16:57

sictom00-copie-2.jpg

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Gestion des déchets
commenter cet article
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 10:38

En cette fin d’année 2010, il nous a semblé judicieux de faire, d’une manière chronologique inverse en commençant par ce mois de décembre, une rétrospective des positions qu’ont pris les élus locaux ou régionaux sur le tram-train LYON CREMIEU durant toute l’année écoulée.

Nous avons noté chacune de ces positions sous forme de + pour celles qui paraissent favorables au projet de tram-train, et sous forme de - pour celles jugées défavorables ou contre-productives.

 

  Décembre 

 
+++

  • La commune de Hières sur Amby a publié sur son site et dans sa newsletter électronique les date, horaire et lieu de la prochaine réunion du Collectif PARFER (à 20h30 le 16 décembre prochain Salle LETRAT à Tignieu).*
  Novembre :

 
---

  • Lors du Forum Mobilité dans le Nord Isère (20 novembre à Villefontaine), A. Moyne-Bressand a proposé la réalisation d’une liaison de bus en site propre, permettant de relier Crémieu et l’agglomération Pontoise à l’aéroport Lyon-Saint Exupéry, ce en attendant la mise en place du prolongement du tram-train depuis Meyzieu ZI vers le Nord Isère. Les usagers pourraient, selon sa proposition, se rendre sur Lyon depuis l’aéroport, en bénéficiant d’un tarif réduit à négocier avec les gestionnaires de « Rhône Express ».  Cette proposition confirme celle qu’il avait faite dans un courrier adressé au Président du Conseil Général l’été dernier. Elle est à rapprocher des déclarations qu’il a faites dans un courrier du 22 mai 2007 au président du CG de l’Isère A. Vallini : « S’agissant du mode transport proprement dit, mon choix est définitivement arrêté sur une liaison ferrée et j’exclus par conséquent toute solution de type routière, même temporaire, comme cela a pu être proposé par le Conseil Général de l’Isère. … Elle (NDLR : la solution avec des bus en site propre) serait totalement erratique d’un point de vue budgétaire puisque le Département de l’Isère et à travers lui les contribuables Isérois seraient obligés de payer une première fois pour goudronner la voie puis une deuxième fois pour la dégager et y installer des rails. »

 

+++

  • La commune de Hières sur Amby a publié sur son site et dans sa newsletter électronique la synthèse annuelle du Collectif PARFER.*
  Octobre :

 

---

 

 

 

 

 

+

  • Gérard Dezempte lors de la réunion du 14 octobre du Conseil Syndical du SYMBORD (Syndicat mixte des Boucles du Rhône en Dauphiné qui regroupe les 3 cantons de Crémieu, Morestel et Pont de Chéruy) : « l’étude sur les transports sur le territoire de la CCPDLS  (NDLR : Communauté de Communes des Portes Dauphinoises de Lyon Satolas, soit le territoire du canton de Pont de Chéruy) le prouve : les réflexions menées montrent des coûts beaucoup trop importants sur notre secteur pour que ce projet soit réalisé » (NDLR : en parlant du tram-train)
  • Le 15 octobre le Collectif PARFER rencontre D. RAMBAUD vice président du CG en charge des transports qui retient l'idée de mener une nouvelle étude plus détaillée sur le projet. Relancé par le Collectif le 3 décembre dernier.
 

Septembre :

 
---

  • Lors de la réunion du 6 septembre du CDRA (Contrat de Développement Rhône Alpes sur le territoire des 3 cantons de Crémieu, Morestel et Pont de Chéruy, hors les communes d’Anthon, Charvieux-Chavagneux, Villette d’Anthon et Tignieu-Jameyzieu), la conclusion du débat entre les élus et la société Altermodal sur les besoins du territoire en mode de transport cite notamment :
    • « Peu de demandes directes des habitants » (NDLR : il semble que les élus n’ont pas connaissance de la pétition PARFER de 11 000 signatures, ou que cette pétition n’a pas été considérée par nos élus comme une demande directe).
    • « Pas encore suffisamment gênant de prendre la voiture pour envisager des alternatives, sauf dans l’approche de Lyon ».
  Juillet :

 

+/--

  • Beaucoup d’élus du territoire à la réunion publique organisée le 2 Juillet  à Charvieux-Chavagneux par le Collectif PARFER LYON CREMIEU : voir notre analyse dans l’article publié dans notre blog le 7 juillet dernier.

    

---

  • Le président Vallini n'a toujours pas répondu au courrier, décidé lors de cette réunion publique, signé le 8 juillet conjointement par A. Moyne-Bressant, G. Dézempte, P. Reynaud.

 

+/--

  • Lors des « Premières Rencontres du Nord Isère » organisées à Bourgoin le 2 juillet, et suite à une question d’un membre du Collectif PARFER, G. Colomb estime :   « même si c’est un peu tard, que le choix de faire passer LESLYS au sud de Pusignan a été une erreur et qu’il aurait fallu prolonger sur le CFEL pour faciliter l’extension vers Crémieu. Il faut anticiper et raisonner à la bonne échelle » (NDRL : c'est bien de le reconnaître mais il eut mieux valu y penser avant) et  A. Vallini précise que « l’exemple du tram-train est typique d’un problème de gouvernance et d’un besoin d’une métropole ».

Avril :

    

---

  • Lors de la réunion du 1er avril du Conseil Syndical du SYMBORD, les élus ont décidé majoritairement de ne pas retenir dans le budget 2010 du SYMBORD le financement de l’étude Transport et Déplacement.
    Il faut savoir que cette étude est financée à 75 % par la Région et le Département et que le coût restant à charge des collectivités locales s’élève à 0,05 € par habitant.

    Cette étude sera donc financée par le CDRA qui ne regroupe pas toutes les communes du territoire. Est-ce que les élus des communes d’Anthon, Charvieux-Chavagneux, Tignieux-Jameyzieu et Villette d’Anthon qui ne font pas partie du CDRA, accepteront le résultat de cette étude ? On peut malheureusement en douter.

 

+/--

  • La communauté de Commune Portes Dauphinoise de LYON SATOLAS édite une brochure « Tram-Train, stop aux promesses… des actes ! » communiquée à tous les habitants du canton de Pont de Chéruy. C’est bien qu’on parle du tram-train, mais l’objectif de cette étude nous apparait comme essentiellement un moyen de faire peur à la population en agitant des menaces d’augmentations considérables des impôts. Au-delà des règlements de compte politiciens qui apparaissent tout au long du document et qui n’apportent rien pour faire avancer le projet, nous considérons que ce n’est pas à l’échelle d’une communauté de communes que les décisions sont à prendre pour un projet d’une telle ampleur, mais au niveau du territoire de la future métropole lyonnaise.
  Janvier  :

 

+++

  • La commune de Tignieu-Jameyzieu, comme elle le fait depuis plusieurs années, publie dans sa revue annuelle un article du Collectif PARFER LYON-CREMIEU.

 

+/--

  • La commune de Charvieu-Chavagneux publie dans sa revue "Vivre mieux" de janvier 2010 un article sur le tram train qui résume le contenu de la brochure adressée à tous les habitants du canton de Pont de Chéruy en avril (voir ci-dessus).

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  ---------------------------------------------------------------------------------------------------------

* Par courrier en date du 21 novembre 2010, le Collectif PARFER LYON-CREMIEU a demandé à tous les maires des cantons de Crémieu et Pont de Chéruy, ainsi qu'à ceux de Pusignan et de Loyettes, d'informer leur population sur les actions du Collectif en diffusant, ou en mettant à disposition, ses compte-rendus mensuels, sa synthèse annuelle et les lieu et date de ses réunions mensuelles. A ce jour et selon les informations en notre possession, seule la commune de Hières sur Amby a donné une suite favorable à cette demande.

   ---        Nous donnons donc cette note  à toutes les autres communes !

 


Notre conclusion à cette rétrospective est que l’on est bien loin d’un soutien unanime des élus à ce projet de tram-train.

Le seul document officiel dans lequel apparait cette unanimité concerne le SCOT (Schéma de Cohérence Territorial) qui a été voté par l’ensemble des élus en décembre 2007, mais cela pourrait ne pas durer, car les élus de la CCPDLS ont demandé, lors de la réunion du Conseil Syndical du SYMBORD du 14 octobre dernier « une révision du SCOT afin de l’adapter aux observations et orientations des communes membres qui le souhaitent et dont les besoins ont évolué depuis sa mise en place. »

Certains pensent que le dossier du tram-train a évolué d’une manière positive depuis quelques années : nous sommes loin de partager cet optimisme et c’est sans doute l’avis d’une bonne partie de la population du secteur qui continue à subir chaque jour les absences d’infrastructure de transport.


 

Article rédigé par A. MANSIAUX - Président des éco-citoyens du Nord Isère

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Transport doux
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 10:24

La France sort d'une vague de froid inhabituelle à cette période de l'année, et on pourrait s'interroger sur les contradictions apparentes qui existent entre ces températures très basses et le réchauffement de la planète.

Les températures moyennes de l'année 2010 en France devraient être proches des valeurs normales et au niveau mondial faire partie des 3 plus élevées jamais enregistrées depuis 1850.

Même si la France n'a pas connu cette année d'épisodes caniculaires, il faut se rappeler que cela n'a pas été le cas dans d'autres régions du monde, comme par exemple en Russie l'été dernier ou en ce moment sur l'Europe du Sud et Israël.

Si on prend la période récente du mois de novembre 2010, ces contrastes sont particulièrement bien illustrés par les 2 cartes ci-dessous qui mettent en évidence les anomalies de température (écarts par rapport aux valeurs normales).

La 1ère représente ces anomalies au niveau mondial sur le mois de novembre et la 2ème celles de l'Europe pour les 10 derniers jours de novembre :

climat mondial novembre 2010

 

climat Europe 20 au 30 novembre 2010

On peut y voir que cette zone très froide qui affecte la France, l'Espagne, l'Angleterre et le nord de l'Europe représente une surface relativement faible par rapport aux zones chaudes situées en particulier sur l'Europe de l'Est et du Sud et au nord du 60ème parallèle de l'hémisphère nord.

On peut voir également qu'au niveau mondial la surface des anomalies positives représentées en vert, jaune et orange (températures plus élevées que les valeurs normales) est beaucoup plus importante que celle des anomalies négatives représentées en bleu et violet, ce qui est bien conforme à un réchauffement global de la planète.

 

La plupart des scientifiques considèrent que ces fluctuations sont normales et qu'il y a toujours eu  régionalement des successions de périodes de courtes durées très chaudes ou très froides.

Ils considèrent également qu'il n'y a aucun constat de modification de débit ou du parcours du Golf Stream qui amène de l'eau chaude du Golfe du Mexique vers l'Ouest de l'Europe. L'hypothèse d'une disparition totale du Golf Stream  à moyen terme n'estpar ailleurs actuellement retenue dans aucun des scénarios de modélisation des changements climatiques.

 

Dans le rapport annuel "Artic Report Card", publié en octobre dernier, un groupe d'expert internationaux met en évidence les éléments suivants extraits de l'article publié le 26 octobre 2010 sur le site "notre-planete.info" :

 

"Les scientifiques ont découvert que les températures atmosphériques plus chaudes en Arctique au cours de l'automne bouleversent la circulation atmosphérique dans les latitudes moyennes de l'Arctique et du Nord. L'hiver 2009-2010 a fait l'objet de températures extrêmement basses et des chutes de neige considérables dans les latitudes moyennes ainsi que de changements dans les configurations des vents de l'Arctique. Selon les chercheurs, ces phénomènes sont liés à une phase de l'oscillation arctique (un modèle de circulation atmosphérique dans laquelle la pression atmosphérique au-dessus des régions polaires varie par rapport à celle au-dessus des latitudes moyennes -environ 45 degrés Nord- sur des échelles de temps situées entre des semaines et des décennies).

Les modèles suggèrent que la perte de banquise arctique en hiver favoriserait un climat plus rigoureux sur les latitudes moyennes de l'hémisphère Nord, l'hiver 2009-2010 pourrait donc se reproduire de plus en plus souvent. Un véritable paradoxe climatique : plutôt qu'un réchauffement général partout, le changement climatique devrait déplacer le froid de l'Arctique plus au sud."

 

La vague de froid que nous venons de connaître semble confirmer les éléments de ce rapport.

 

Article rédigé par André Mansiaux

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Changement Climatique
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 10:51

Le 2e numéro du bulletin 

  Les INFOS du TRAM-TRAIN
cliquez  sur l'étiquette ci-dessus pour le lire
de novembre 2010 vient d'être diffusé sur le site internet du
Collectif PARFER LYON <=> CREMIEU.

 

 


  et n'oubliez pas :

N'hésitez pas à diffuser ce bulletin à toutes
vos connaissances qui se sentent concernées
par ce projet afin que nous soyons de plus en
plus nombreux à réclamer sa réalisation.

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Transport doux
commenter cet article
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 12:12

 

 
Collectif parfer - Dauphiné Libéré - 11/2010 - TIGNIEU

 

 

et le même article a été aussi publié dans le PROGRES  - Edition de l'est Lyonnais - du 28 novembre 2010 à la page NORD ISERE

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Transport doux
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 21:42

forumMobilite.jpg

Ce forum, organisé par les trois « Contrats de Développement Durable Rhône-Alpes » des territoires du Nord Isère (tout le territoire de l’Isère au nord d’une ligne Saint-Jean de Bournay – Pont de Beauvoisin) avait un triple objectif : 

1. Comment mieux répondre aux besoins de mobilité ? 

2. Comment garder un territoire attractif ? 

3. Comment se préparer à une augmentation du prix des carburants ?

 

 Il était animé par un cabinet spécialisé (Altermodal Inddigo) qui mène une étude sur la mobilité dans ce territoire depuis le printemps dernier, et correspondait à la phase de choix d’un scénario après élaboration d’un diagnostic et avant mise en place d’un plan d’actions.


 

 

André Mansiaux, président de notre association, y représentait également le Collectif PARFER LYON CREMIEU tout comme Jean-Paul Lhuillier (membre de la FNAUT et de FNE).
Notons la présence de Didier Rambaud, vice-président du CG38 en charge du transport, de Serge Menuet, président du SYMBORD (cantons de Crémieu, Morestel et Pont de Chéruy), de plusieurs conseillers régionaux dont Philippe Reynaud élu de notre territoire, d’Alain Moiroud, directeur de la maison du CG du Haut-Rhône Dauphinois de Crémieu et de représentants des directions des transports du CG38 et de la Région Rhône Alpes. Mais on ne peut que regretter l’absence remarquée des autres élus de notre territoire, à part Alain Moyne Bressand, conseiller général de Crémieu, arrivé vers la fin de la réunion.

 

Ce forum était organisé autour des 4 thèmes suivants :

Mobilité longue distance (TER, cars interurbain, projets de structure en site propre)

Transports en commun de proximité

Covoiturage et auto-partage

Modes de transport doux (vélo, marche à pied)

Nous étions particulièrement intéressés par le projet d’extension du tram-train de Meyzieu à Crémieu et également par les actions de mobilité douce, de type PEDIBUS concernant l’accompagnement à pied à l’école, qui correspondent à un thème que nous avons identifié pour nos actions futures au sein des Eco-citoyens du Nord-Isère.


QUE PEUT-ON RETENIR DE CE FORUM ?

D’UNE MANIERE GENERALE CONCERNANT LA MOBILITE

15 % de la population adulte n’a pas de moyen de transport individuel.

Les transports représentent 26 % de nos émissions de gaz à effet de serre et ce pourcentage est en continuelle augmentation.
Dans les zones périurbaines et rurales dans lesquelles nous sommes, le budget transport représente jusqu’à 25 % des dépenses de ménage, alors qu’il ne représente que 8 % pour le centre ville et 12% en 1ère couronne.
30 à 50 % des ménages sont financièrement vulnérables et auront du mal à supporter les augmentations à venir des coûts des carburants.
Les déplacements vers Lyon sont effectués de 30 à 50 % en transport en commun lorsque cette offre est bonne (par exemple liaison de Bourgoin à Lyon par le TER) et ils ne le sont qu’à 7 % à partir de l’agglomération pontoise où l’offre n’est pas adaptée malgré la ligne Transisère 1980.
La densité de population à partir de laquelle un transport en commun devient pertinent est de 4 000 à 7 000 habitants par km², densité qui est dépassée pour l’agglomération pontoise et Crémieu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 CONCERNANT LE PROJET DE TRAM-TRAIN

Les deux représentants du Collectif PARFER mettent en avant au cours des discussions que :

Il ne s’agit pas d’un projet nouveau mais du prolongement d’une ligne existante.

En complément au diagnostic indiquant que la population stagne sur l’agglomération pontoise depuis 1990, il a été précisé que cette stagnation est directement liée à une forte désindustrialisation sur cette période, alors que les perspectives d’augmentation de la population sont fortes à une échéance de 20 ans : prévisions INSEE de +12% en 2010 /2000, de +25 % pour 2020 et de + 38 % pour 2030.

La solution consistant à prévoir des bus en site propre en 1ère étape est pénalisante car la rupture de charge qu’elle introduirait à Meyzieu (en plus de celles inévitables aux points de départ dans le Nord Isère et d’arrivée sur Lyon) serait dissuasive pour beaucoup (l’étude faite par Transétudes en 2007 à la demande du CG38 indiquait qu’une solution de bus en site propre entrainerait une fréquentation 2 fois plus faible qu’un tram-train).

 

Gérard Mercat, chef de projet de l’étude en cours précise que 

Ce projet, bien qu’étant limite en terme de fréquentation prévisionnelle, est économiquement viable si on prend en compte le coût global (coûts à charge de la collectivité + coûts à charge des ménages, y compris les frais associés aux déplacements en voiture).

Le bilan des coûts est même favorable au tram train si on y ajoute les coûts associés à la congestion du réseau routier, congestion qui devrait diminuer du fait d’une plus large utilisation des transports en commun.

Ce projet CFEL est très proche de celui en cours d’étude pour le prolongement de la ligne 2 du tram de Montpellier (réutilisation d’une ligne de chemin de fer désaffectée et desserte d’une zone périurbaine légèrement moins dense que l’agglomération pontoise).

 La réalisation de ce projet n’est possible que si le territoire est rattaché au Grand Lyon (SYTRAL) en termes de transport.

Si ce rapprochement n’était pas réalisable, la seule solution resterait de s’orienter vers une ligne de bus en site propre (Bus à Haut Niveau de Service ou BHNS).

 

Philippe Reynaud adhère aux remarques des représentants du Collectif PARFER et précise que le contexte politique local rend très difficile l’avancée de ce dossier, en fonction de prises de position très disparates des élus (notamment volonté de rattachement du canton de Pont de Chéruy au Rhône).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


CONCLUSIONS DE LA JOURNEE POUR LE TRAM TRAIN

Le projet de tram train rentre dans le scénario retenu par les 3 CDDRA.

Contrairement à d’autres actions purement locales pour lesquelles les CDDRA ont le pouvoir de décision et de mise en œuvre des actions retenues, ce n’est pas le cas pour le projet de tram train en fonction de la multitude des décideurs (élus locaux, CG38 et CG69, Grand Lyon et Région Rhône Alpes).

 Les représentants du Collectif PARFER ont demandé à ce que malgré tout les 3 CDDRA jouent un rôle majeur pour faire avancer ce dossier.

Didier Rambaud met en avant que le problème actuel majeur de ce dossier concerne sa gouvernance. Il incite les élus locaux à prendre les initiatives nécessaires pour se rapprocher de toutes les structures décisionnaires. 


En ce qui concerne les MODES DOUX DE DEPLACEMENT (marche et vélo),
les principales orientations retenues sont les suivantes :

Réalisation d’un schéma directeur de mobilité douce sur le Nord Isère pour avoir une cohérence du réseau à construire/compléter et une cohérence dans sa gouvernance.

Avoir un engagement politique fort pouvant se traduire par exemple par un investissement à hauteur de 10 € par habitant permettant de réaliser 1 mètre de voie douce par habitant.

 Privilégier la desserte des gares, arrêts de transport, zones d’activités et établissements scolaires.

Prévoir la formation et la sensibilisation des élus et des citoyens avec la mise en place d’un guide méthodologique.

Valoriser le projet ViaRhôna et s’en servir pour le développement touristique du territoire.


 

Ce forum a donné l'occasion au Tram-Train d'être à nouveau mis sous les projecteurs tout en montrant la détermination du collectif PARFER et le sérieux de ses analyses.

Pour en savoir plus : lisez la synthèse du diagnostic sur la mobilité en Nord Isère :
http://mobilite-nordisere.blogspot.com/

 

 


Article rédigé par A. MANSIAUX - Président des éco-citoyens du Nord Isère

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Transport doux
commenter cet article
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 19:18

logo-semaine-reduction-dechets-2.jpg

La Semaine Européenne de la Réduction des Déchets a lieu, cette année, du 20 au 28 novembre.


Notre association y participe comme partenaire du SICTOM de Morestel qui organise une opération de sensibilisation à la prévention des déchets dans les 3 Carrefour Market des Abrets, Saint-Clair de la Tour et de Montalieu-Vercieu.

Cette opération, de même nature que celle que nous avions organisée durant la Semaine du Développement Durable début avril 2009 dans le Carrefour Market de Pont de Chéruy, prévoit, dans chacun des 3 supermarchés, une exposition de l’ADEME et du Conseil Général de l’Isère sur l’éco-consommation, la présentation de caddies comparatifs montrant l’intérêt des produits à faible emballage, ainsi qu’une animation le 27 novembre sur la prévention des déchets.

 

Notre association est en contact régulier avec le SICTOM de Morestel depuis le début du printemps dernier dans le cadre d’un Plan Local de Prévention mis en place sur ce territoire en partenariat avec l’ADEME. Ce plan consiste à réduire de 7 % le volume de déchets générés par chaque habitant à l’échéance 2013.

Le SICTOM a mis en place une démarche participative en conviant tous les acteurs de la société civile (écoles, entreprises, collectivités territoriales, administrations et associations) à apporter leur contribution à la réussite de ce projet. Notre association y apporte modestement sa connaissance du sujet et son expérience dans le domaine de la « sensibilisation du public à la prévention des déchets ».

Les autres domaines abordés concernent les « actions éco-exemplaires de la collectivité », les « actions emblématiques nationales », les «  actions d’évitement de la production des déchets » et les « actions de réduction des quantités de déchets des entreprises ».

Cette démarche participative voulue par les élus du territoire nous semble exemplaire et la preuve que c’est le bon (le seul ?) moyen de faire aboutir un tel projet en y faisant adhérer tous les acteurs de la société.

 

Pour revenir sur la gestion des déchets de notre territoire de l’agglomération de Pont de Chéruy, dans lequel la démarche n’est pas sur le même registre

(aucune suite n’a jamais été donnée par le SIVOM à nos propositions faites en 2008 et 2009 d’apporter notre appui à des démarches de sensibilisation du public),

c’est apparemment le calme plat. 


  L’annonce, il y a presque 1 an, de la mise en place en 2011

  de la Redevance Généralisée Incitative, permettant de facturer partiellement le ramassage des ordures ménagères au volume généré par chaque ménage,n’a plus jamais été évoquée depuis.

 

Il faut se rappeler que ce projet avait été annoncé en avril 2007

pour être mis en place début 2009.


  Quand ce projet sera-t-il RELLEMENT mis en place ?



Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Gestion des déchets
commenter cet article
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 18:38

 

Le 1er numéro du bulletin 

  Les INFOS du TRAM-TRAIN
cliquez  sur l'étiquette ci-dessus pour le lire
d'octobre 2010 vient d'être diffusé sur le site internet du Collectif qui prévoit  de diffuser ce bulletin
tous les mois,
sauf pendant la période d'été, afin de nous donner régulièrement

des  informations sur le projet de tram-train

et de nous informer des réflexions et des actions du
Collectif PARFER LYON <=> CREMIEU.

 

 


 

N'hésitez pas à diffuser ce bulletin à toutes
vos connaissances qui se sentent concernées
par ce projet afin que nous soyons de plus en
plus nombreux à réclamer sa réalisation.


Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Transport doux
commenter cet article

Une Question ?

  • : Le blog d'un éco-citoyen du Nord Isère
  • Contact