23 mars 2008 7 23 /03 /mars /2008 21:40



 

Si la température moyenne de la surface de la terre reste à une valeur relativement constante d'environ 15 °C, c'est qu'elle émet autant d'énergie que ce qu'elle en reçoit.

L'essentiel de l'énergie que reçoit la surface de la terre provient du soleil. Celle qui provient de la chaleur interne de la terre est d'environ un dix millième de l'énergie solaire et celle provenant du reste de l'univers est de l'ordre du millionième.Explication sur l'effet de serre

Le schéma ci-dessous permet d'identifier l'ensemble de tous les échanges d'énergie entre le soleil, la surface de la terre et l'atmosphère (chaque échange est identifié par une lettre et une valeur en Watt par m²). Ces échanges apparaissent complexes, mais les explications qui suivent doivent permettre de comprendre l'ensemble des phénomènes pour un non spécialiste.



L'énergie solaire arrive sous forme de rayonnement solaire, composé à 40 % de lumière visible, à 50 % de rayons infrarouges et à 10 % de rayons ultraviolets. Cette énergie est en moyenne de 342 W/m² (partie A).
Environ un tiers de cette énergie, 107 W/m² (partie B), est renvoyée dans l'espace, reflétée en partie par l'atmosphère (partie B"), et en partie par la surface de la terre (partie B'), en particulier par les zones claires comme la neige, la glace et les déserts.

L'énergie restante, 342 - 107 = 235 W/m² (partie C), est partiellement absorbée par l'atmosphère à hauteur de 67 W/m² (partie G), le solde de 168 W/m² (partie H) étant absorbé par la surface de la terre.

Comme tout corps porté à une certaine température, la terre va émettre un rayonnement (avec une valeur de 390 W/m² (partie D) pour une température moyenne de 15°C) : les rayons émis sont des infrarouges non visibles à l'oeil.

L'évaporation de l'eau (3 mm par jour en moyenne sur toute la surface de la terre) va émettre 78 W/m² (partie E). La condensation de cette vapeur d'eau sous forme de nuage va transférer ces 78 W/m² à l'atmosphère.
De même la surface de la terre, plus chaude que l'air en moyenne, va transférer 24 W/m² (partie F) à l'atmosphère.

La terre va donc émettre vers les nuages et l'atmosphère 390 + 78 + 24 = 492 W/m² (parties D + E + F).

L'atmosphère reçoit donc 492 + 67 (partie G provenant du rayonnement solaire) = 559 W/m².

Sur ces 559 W/m², 40 W/m² (partie L) partent directement dans l'espace, 165 W/m² (partie J') sont réémis par l'atmosphère vers l'espace et 30 W/m² sont réémis par les nuages vers l'espace.
Le solde, soit 559 - 40 - 165 - 30 = 324 W/m² (partie I) est renvoyé vers la terre et absorbé par la surface.

Si on examine le bilan énergétique, on constate les points suivants :

- la terre reçoit et absorbe 324 + 168 = 492 W/m² (parties I + H) et émet 390 + 78 + 24 = 492 W/m² (parties D + E + F) : le bilan est bien équilibré

- l'espace émet 342 - 107 = 235 W/m² (parties A - B) et reçoit 165 + 30 + 40 = 235 W/m² (parties J' + J" + L) : le bilan est également équilibré

Les 324 W/m² (partie I) renvoyés par l'atmosphère correspondent à l'effet de serre. Si l'atmosphère ne renvoyait pas cette énergie vers la terre, sa surface aurait une température moyenne de - 19 °C. L'effet de serre a donc un effet positif, car il permet d'avoir sur terre une température favorisant le développement d'une majorité d'espèces animales et végétales.

Cette valeur de 324 W/m² est tributaire essentiellement de 2 gaz présents dans l'atmosphère à l'état naturel : la vapeur d'eau et le gaz carbonique (CO2).
L'augmentation du taux de CO2 va augmenter cette valeur de quelques W/m²  et modifier tous les équilibres décrits ci-dessus, avec comme conséquence une augmentation de la température de la surface de la terre.

Trois autres gaz peu présents dans l'atmosphère, le méthane (CH4), le protoxyde d'azote (N2O) et l'ozone (O3) , ont également un impact très important sur l'effet de serre : les activités humaines conduisent à augmenter leur taux dans l'atmosphère.

Nous analyserons dans de prochains articles les conséquences de l'augmentation du taux de ces gaz sur le climat et les mesures qui doivent être prises à une échéance très courte (quelques années) pour éviter un emballement du climat pouvant être irréversible.

Cet article a été rédigé en s'appuyant sur le schéma du bilan énergétique de la terre cité dans le
4ème rapport d'évaluation du GIEC (Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat) publié en 2007 et en utilisant un article publié sur le site du CNRS.

Article rédigé par André Mansiaux

Repost 0
Published by Villette Développement Durable - dans Changement Climatique
commenter cet article
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 20:28




Nous sommes à 3 jours du 1er tour des élections municipales et il n'y aura aucun suspense dans notre commune. Il n'y a qu'une seule liste en présence qui aura 100 % des suffrages suivant les règles électorales.
Nous n'attendons plus de réponse au
questionnaire que nous leur avons envoyé, il y a maintenant 3 semaines : leur profession de foi est parfaitement claire, ne faisant jamais référence au développement durable ou à une notion qui pourrait s'en rapprocher.
J'ai donc eu un doute et me suis demandé si cette notion de développement durable avait un sens dans une commune de 4 000 habitants. J'ai fait quelques recherches sur Internet pour savoir ce que faisait des communes de même taille dans la région Rhône-Alpes et j'ai été heureusement rassuré, même si le pourcentage de communes ayant pris le problème à bras le corps reste faible.

Je vous donne ci-après un échantillon de communes ayant déjà lancé des projets de développement durable avec quelques exemples de réalisation ou de projets en cours (pour en savoir plus, allez sur leur site Internet en cliquant sur le nom de la commune) :

Monbonnot Saint Martin (Isère) : 4 500 habitants

- mise en place d'un agenda 21 local sous la responsabilité du 1er adjoint avec mise en place de groupes de réflexions composés de personnel communal, de représentants d'associations, de représentants des acteurs économiques et de simples citoyens,
- construction de tout nouveau bâtiment public suivant les normes HQE,
- sensibilisation du personnel municipal aux économies d'énergie, d'eau, de désherbant et de papier,
- remise de documentation sur les énergies renouvelables à chaque personne déposant un permis de construire,
- publication régulière d'articles sur les énergies renouvelables dans le bulletin municipal,
- financement  par la commune des projets d'énergies renouvelables des particuliers (10 % du montant avec limite de 500 €).

Villard de Lans (Isère) : 4 100 habitants

- mise en place en juin 2006 d'une charte de l'environnement concernant aussi bien des règles de savoir vivre que des mesures de développement durable (énergies renouvelables, gestion des déchets, économie de l'eau),
- construction des bâtiments publics suivant la norme HQE,
- aide aux particuliers s'équipant d'énergies renouvelables (solaire et chauffage bois),
- étude d'un réseau de chaleur au bois pour tous les bâtiments communaux,
- construction (en cours) de 2 éco-lotissements aux normes HQE (19 logements individuels).

Montmélian (Savoie) : 3 930 habitants

- champion de France du solaire pour les villes de 2 000 à 50 000 habitants pour la 4ème année consécutive,
- obtention en décembre dernier du label européen Cit'ergie european award pour sa politique Energie-Climat (Montmélian est une des 4 villes françaises à avoir obtenu ce label, à coté des grandes villes que sont Echirolles, Besançon et la communauté urbaine de Grenoble Alpes Métropole),
- utilisation de véhicules électriques par le personnel municipal,
- politique favorisant des bâtiments individuels et publics ayant un très haut niveau de performance énergétique,
- sensibilisation des citoyens à la sobriété énergétique, à la maîtrise de l'énergie et aux énergies renouvelables,
- mise en oeuvre d'actions de communication dans le domaine du développement durable (travail avec les écoles, participation de la commune à la semaine du développement durable),
- projet d'utiliser l'eau de pluie pour arroser une partie des espaces verts.

C'est bien la preuve que c'est possible.

Article rédigé par André Mansiaux

Repost 0
Published by Villette Développement Durable - dans Développement Durable
commenter cet article
23 février 2008 6 23 /02 /février /2008 16:30



Nous avons décidé de nous adresser aux candidats aux élections municipales de Villette d'Anthon afin qu'ils nous éclairent sur les orientations qu'ils retiennent en matière de développement durable. 

Aucune réunion publique n'étant a priori prévue durant la campagne électorale, nous nous sommes donc adressés à eux sous forme d'un questionnaire que nous avons élaboré en nous appuyant sur les conclusions du Grenelle de l'Environnement, sur le "Guide de l'eco-électeur" de la Fondation Nicolas Hulot et sur la "Charte des maires pour l'environnement" préparée par l'Association des Maires de France.

Vous trouverez, ci-après, le texte de ce questionnaire et de la lettre d'accompagnement que nous avons envoyés à la seule liste se présentant aux élections municipales des 9 et 16 mars prochain sur Villette d'Anthon, celle de l'équipe municipale sortante.

Nous vous informerons de la suite donnée à ce courrier lors d'un prochain article.


_______________________________________________________________________________________
Villette Developpement durable
Association déclarée sous le N° W383000730 et publiée au JO du 1/12/2007

 

Villette d’Anthon, le.15 février 2008
Monsieur Daniel BERETTA
Candidat aux élections municipales des 9 et 16 mars 2008
OBJET : orientations retenues en ce qui concerne le développement durable
Monsieur le Maire,
La crise écologique que nous traversons ne fait, désormais, plus débat. Les Français n’ont jamais été aussi sensibles aux enjeux environnementaux et les médias ne leur ont jamais accordé autant de place.
Nous sommes aujourd’hui confrontés à 3 défis :
-          le défi climatique lié aux conséquences des émissions de CO² : la France s’est engagée à diviser par quatre ses émissions de CO² d’ici 2050 et l’Union Européenne vient de demander tout récemment à la France de déjà les réduire de 20 % d’ici 2020,
-          le défi du vivant lié à une érosion de la biodiversité qui s’accélère avec le développement des activités humaines,
-          le défi sanitaire lié à l’émission de nombreux polluants dangereux pour la santé humaine et nuisibles aux écosystèmes.
Comme le précise dans son préambule la « Charte des maires pour l’environnement » qui a été présentée en novembre 2007 au congrès de l’Association des Maires de France : « Pour relever ce défi environnemental global, les communes et leurs groupements ont un rôle prédominant d’exemplarité, d’impulsion et de diffusion des bonnes pratiques à exercer au niveau local. A l’évidence les maires, avec l’appui indispensable des autres collectivités territoriales, de l’Etat, des Agences de l’eau et, plus largement, de tous leurs partenaires juridiques, techniques et financiers, doivent en être les artisans principaux ».
Notre association a pour vocation, de par ses statuts, de notamment sensibiliser les élus locaux et mener une information locale du public sur cette problématique du développement durable : c’est à ce titre que nous vous sollicitons dans la présente lettre pour que vous puissiez nous faire part des orientations que vous retenez pour votre futur mandat.
Afin de faciliter votre réponse sur un sujet aussi vaste et complexe, nous vous proposons un questionnaire, ci-joint, qui aborde les sujets qui nous semblent prioritaires pour notre commune et qui sont bien dans les domaines de compétence du maire. Vous pourrez, bien sur, compléter ce questionnaire par tous sujets complémentaires liés au développement durable qui vous paraissent dignes d’intérêt (nous n’abordons pas dans ce questionnaire la problématique de la gestion des déchets ni de la gestion des eaux usées dans la mesure où cette gestion n’est pas directement faite par la commune : nous estimons par ailleurs que les choix retenus par la COURLY pour la nouvelle station d’épuration HQE de Jonage et par le SIVOM pour la future facturation au volume des ordures ménagères vont dans le bon sens).
Nous sommes conscients qu’un certain nombre de mesures proposées dans ce questionnaire (notamment celles permettant une réduction des consommations énergétiques) peuvent nécessiter des moyens financiers significatifs dont le retour sur investissement demandera certainement plus que la durée d’un mandat. Notre vision de ce problème est que ces mesures sont inéluctables pour préserver la planète et respecter les engagements de la France et qu’il y a tout intérêt à les étaler dans le temps en commençant à les mettre en œuvre au plus tôt, ce d’autant plus que le coût de l’énergie ne pourra qu’augmenter d’une manière conséquente dans les années futures.
Nous restons à votre disposition pour vous rencontrer si vous souhaitez que nous clarifiions le sens de notre démarche et/ou certains aspects du questionnaire.
Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’accepter, Monsieur le Maire, l’expression de nos sentiments distingués
André Mansiaux
Président Villette Développement Durable

 

PJ : « Questions posées aux candidats aux élections municipales »

______________________________________________________________________________________

Questions posées aux candidats aux élections municipales
PROMOTION DE LA SOBRIETE ENERGETIQUE
·   Etes-vous prêt à réaliser un bilan énergétique ou un bilan carbone des bâtiments communaux ? Si oui, comptez vous rendre public les résultats et le plan de rénovation en découlant ?
·   Etes-vous prêt à retenir comme critère de construction ou de rénovation de bâtiments communaux une consommation maximum de 50 kWh/m²/an ?
·   Comptez-vous privilégier l’utilisation d’éco matériaux, notamment le bois, dans les constructions publiques ?
·   Comptez-vous généraliser l’emploi de technologies à basse consommation d’énergie (pour l’éclairage et le chauffage notamment)
·   Etes-vous prêt à rendre public annuellement le détail des consommations d’énergie à charge de la commune (éclairage public, éclairage des bâtiments, chauffage par type d’énergie
·   Comptez-vous faire la promotion de l’éco construction et de l’éco rénovation auprès des particuliers et des entreprises installées sur la commune ? Si oui sous quelle forme ?
·   Pensez-vous promouvoir ou encourager les filières d’énergies renouvelables ? Si oui sous quelle forme ?
·   Envisagez-vous d’inciter les promoteurs de nouveaux lotissements à créer un « éco quartier » ?
PROMOTION DE DEPLACEMENTS « DOUX »
·   Etes-vous prêt à mettre en place des pistes cyclables permettant à une majorité d’enfants (et de parents) d’accéder aux écoles de la commune en toute sécurité ? (des études ont en effet montré que les premiers kilomètres d’utilisation d’une voiture sont générateurs d’une forte consommation de carburant et d’importants rejets de polluants)
·   En cas de concrétisation durant votre mandat de l’extension du tram train LEA vers Pont de Cheruy / Crémieu, êtes-vous prêt à favoriser son utilisation par les Villettois, notamment en discutant avec les communes les plus proches ayant un arrêt (Pusignan et/ou Janneyrias) pour que leur parking relais comporte un nombre de places permettant le stationnement des Villettois ?
CONTRIBUTION DE L’HOMME AU RESPECT DE LA NATURE
·   Etes-vous prêt à vous engager durant votre mandat à ce qu’il n’y ait pas modification du PLU qui augmente les surfaces constructibles de la commune ?
·   Etes-vous prêt à introduire dans vos cahiers des charges des clauses demandant l’utilisation de « zéro pesticide » dans l’entretien des espaces verts communaux et de choisir des espèces de plantes demandant un arrosage le plus faible possible ?
·   Etes-vous disposé à vous engager à ce qu’un repas bio soit servi au moins une fois par semaine dans les cantines municipales ?
SENSIBILISATION A L’ENVIRONNEMENT
·   Etes-vous prêt à vous engager à jouer un rôle d’exemplarité, d’impulsion et de diffusion des bonnes pratiques environnementales vis-à-vis des habitants de la commune ?
·   Si oui, êtes-vous prêt à :
  • Organiser des conférences et/ou journées de sensibilisation sur les enjeux écologiques en partenariat avec les associations locales environnementales
  • Développer en coordination avec les réseaux de l’enseignement et les acteurs associatifs locaux, des actions d’éducation en vue du développement durable
  • Ouvrir une rubrique « éducation à l’environnement » dans le journal municipal
Repost 0
Published by Villette Développement Durable - dans Développement Durable
commenter cet article
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 20:23



 

undefinedSuite à la détection de chrysomèle ( insecte parasite du maïs) fin août 2007 sur Pusignan (ainsi qu'en Savoie), les préfets du Rhône, de l'Isère et de Savoie avaient décidé de procéder à un épandage massif d'insecticide par hélicoptère début septembre (voir l'article que j'ai écrit le 2 novembre dernier dans la rubrique "pesticides").
Cet épandage avait fait l'objet d'une vive réaction d'un certain nombre d'associations, notamment d'associations d'apiculteurs qui considéraient notamment que le trop court délai entre le communiqué de la préfecture et le début des épandages n'avait pu permettre à certains apiculteurs de mettre à l'abri les ruches proches des champs traités aux insecticides.
J'avais évoqué dans cet article que la raison principale de la prolifération des chrysomèles provenait de la suppression de la rotation annuelle des cultures qui étaient la règle de base de l'agriculture depuis des siècles (et qui continue à être appliquée dans la culture bio).
"La rotation culturale dans le cadre de la lutte contre la chrysomèle des racines du maïs est reconnue d’une grande efficacité" précise
un communiqué de la préfecture de la région Ile de France en février 2006 qui se félicitait que la législation devienne plus contraignante suite à la publication d'un arrêté au Journal Officiel du 16 février 2006 par le Ministère de l’agriculture et de la pêche.
Cette règle a été confirmée par un
nouvel arrêté du 17 octobre 2007 qui redéfinit notamment les 3 différentes zones pour mise en conformité avec les règles de l'UE : il interdit la culture du maîs pendant 3 ans dans la "zone focus" (1 km autour du lieu de découverte de la chrysomèle), pendant 2 ans dans la "zone de sécurité" (5 km autour de la zone focus) et recommande la rotation annuelle dans la "zone tampon" (34 km autour de zone de sécurité).

La carte ci-dessous montre :
- le lieu de découverte de la chrysomèle (étoile blanche située au sud de Pusignan)
- la limite de la zone de sécurité (cercle rouge)
undefined
On aurait pu s'attendre à ce que le préfet de l'Isère prenne également cette mesure de bon sens et impose donc cette mesure de rotation culturale dans la "zone de sécurité" : il n'en est rien, le préfet,
par un arrêté du 4 décembre dernier,  laissant le choix aux agriculteurs de pratiquer cette rotation culturale ou de la remplacer par l'utilisation d'insecticides.
La FRAPNA, l'Alliance Paysans et Consommateurs de l'Isère, la LPO, l'ADABIO et AVENIR se sont élevés contre cet arrêté et demandent un retour à l'obligation de rotation des cultures.
La préfecture veut, semble-t-il, calmer le jeu en précisant qu'il y aura une meilleure concertation avec les apiculteurs et que les épandages par hélicoptère seraient supprimés et remplacés par un traitement à base de granulés effectué en dehors de la période de floraison : le produit utilisé ne serait pas le Cruiser qui, bien qu'autorisé, aurait les mêmes effets néfastes que le Régent et le Gaucho qui ont été interdits. Il n'empêche que les sols vont être à nouveau pollués par ces insecticides qui vont être transmis à tous les êtres vivants, sans compter les quantités qui vont rejoindre la nappe phréatique de l'Est Lyonnais qui est source d'eau potable pour 1 500 000 habitants.
Si vous vous promenez en ce moment dans les chemins au sud de Villette d'Anthon, vous verrez qu'une partie (environ la moitié) des champs cultivés l'an dernier avec du maïs ont été ensemencés avant l'hiver avec du blé, le reste des champs étant juste labouré, dans l'attente probable d'un nouvel ensemencement de maïs au printemps.
A suivre

Article rédigé par André Mansiaux

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Biodiversité
commenter cet article
17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 15:30



La Fondation Nicolas Hulot vient de sortir il y a quelques jours sur son site Internet un guide de 40 pages qui va permettre à tout citoyen ou association d'engager le dialogue avec les maires et/ou candidat(e)s à la mairie lors des prochaines élections municipales et en cours de mandat. Ce guide est le pendant local du Pacte Ecologique qui avait permis, avec le succès que l'on connait, à la Fondation Nicolas Hulot de demander à chaque candidat aux élections présidentielles et législatives de s'engager sur des principes fondamentaux de l'écologie et du développement durable et sur des actions concrêtes.

Je reprends, ci-dessous, l'introduction de Nicolas Hulot à ce guide :

undefined"Dans l’esprit et la dynamique du Pacte écologique et à l’issue des élections présidentielles et législatives, nous souhaitions nous ancrer dans le territoire dont nous nous sentons souvent le plus proches, la commune. A chaque échelle de décision, un nouveau souffle écologique doit irriguer le champ de la vie politique. Encourageons cet élan et partageons ces expériences, ces expertises pour les mettre en lumière, nourrir le débat et bâtir des réseaux. Relever le défi écologique suppose une évolution parallèle des initiatives individuelles et collectives.
Ce guide n’a pas vocation à être exhaustif mais cherche à éclairer les compétences du maire au regard de bonnes pratiques du développement durable. Il vise à redonner à chacun d’entre nous l’envie et le goût à s’intéresser à la vie de sa cité et à s’y impliquer dans un esprit de co-construction et de coopération avec les élus de nos communes. Il nous guidera par exemple dans les bonnes questions à poser à votre maire ou candidat et pour comprendre les solutions qu'il propose. C’est bien dans une mission d’éducation au service de l’éveil des consciences et de l’intérêt général que s’inscrit ce Guide de l'éco-électeur.
Il revient à chacun d’entre nous de s’en emparer et de le faire vivre pour sceller un nouveau Pacte écologique à l’échelle municipale. Ensemble, mobilisons le génie humain et sa créativité pour bâtir une société de modération et réinventer une autre façon de vivre basée sur moins de biens mais plus de liens. Transformons cette espérance en actes et reprenons à notre compte cet adage d’Antoine de Saint-Exupéry
“Dans la vie, il n'y a pas de solutions, il y a des forces en marche. Créons ces forces et les solutions suivront.”

Nicolas Hulot.
Président de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme"

Ce guide est téléchargeable sur le site  
www.pacte-ecologique.org  ou disponible sur simple demande auprès de la Fondation Nicolas Hulot, 6 rue de l'Est, 92100 Boulogne-Billancourt (contre une participation aux frais de port, soit une enveloppe demi-format A4 adressée à son nom et timbrée à 1,30 € pour 1 exemplaire). N'hésitez pas à utiliser ce guide sans modération avant, pendant et après les élections municipales, comme nous allons le faire au niveau de Villette Développement Durable.


Comment engager le dialogue avec votre maire ou les candidat(e)s à la mairie ?

Soit le candidat est déjà en poste, auquel cas il est joignable à la mairie ou y tient des permanences et vous pouvez demander un rendez-vous. Pour mémoire, les réunions du Conseil municipal sont publiques. Vous avez le droit d’y assister sans pour autant prendre la parole. Lors de leur campagne électorale, les candidat(e)s organisent des réunions publiques, des visites de quartier ou assurent des temps de présence dans leur permanence ; autant d’occasions pour leur soumettre les questions qui vous tiennent à coeur. Ils disposent souvent de courrier électronique et animent parfois leur propre blog sur Internet. Pour les trouver, utilisez un moteur de recherche et profitez des espaces de dialogue que vous aurez découverts. Dans tous les cas de figure, il s’agit d'inscrire cette démarche dans un esprit de coconstruction et de coopération avec les futurs élus des communes, le respect de l'autre étant aussi une vertu écologique. Et n'oublions pas que s'impliquer directement dans la vie locale est encore le meilleur moyen de faire partager et avancer ses idées !

Article rédigé par André Mansiaux
(les textes en italique et en vert sont des extraits du guide de l'éco-électeur)

Repost 0
Published by Villette Développement Durable - dans Développement Durable
commenter cet article
17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 12:49



 

Le Commissaire Enquêteur, désigné dans le cadre de l'enquête d'utilité publique sur le projet de tram train entre Lyon-Part Dieu et l'aéroport de Saint-Exupéry, vient de rendre un avis défavorable dans son rapport remis cette semaine : les raisons principales de cet avis défavorables sont liées au tracé proposé (tracé B)qui passe au sud de Pusignan en coupant des terrains agricoles (schéma ci-dessous) :

"le tracé B coupe la couronne verte dans laquelle la DTA (Direction Territoriale d'Aménagement)
suggérait de ne pas installer d'infrastructure"
- "le choix de quitter l'emprise du CFEL
(Chemin de Fer de l'Est Lyonnais) en direction de Pusignan avec une possibilité ultérieure de prolonger ensuite en direction de l'Isère vers Crémieu générera pour la collectivité une dépense supplémentaire" (cette dépense supplémentaire est estimée de 17 à 18 M€ par le commissaire enquêteur)

undefined













Il faut maintenant attendre la publication du rapport pour en connaître les termes exacts et surtout la réaction du Conseil Général du Rhône qui est porteur de ce projet : c'est cependant une bonne nouvelle.

Espérons que la raison l'emportera et que le CG du Rhône adoptera le tracé proposé par PARFER et qui est très proche du tracé initial de LESLYS, tracé qui emprunte la voie ferrée CFEL jusqu'à l'autoroute A 432 (voir tracé ci-dessous extrait de la contre proposition qu'a faite le Collectif PARFER lors de l'Enquête Publique).

undefined

Il est d'autant plus important de se mobiliser à court terme pour le retour à ce tracé qui permettrait de déjà réaliser 3 km de la future extension de LEA jusqu'à Pont de Cheruy et Crémieu.

Nous vous invitons en conséquence à assister à la réunion publique sur le tram train Lyon-Crémieu organisée par le collectif PARFER le 15 février prochain à 18h30 dans la salle des Condamines à Chavanoz (à coté du Petit Théâtre) : venez nombreux

Nota : pour plus d'informations sur la problématique du tram train dans l'Est Lyonnais, vous pouvez lire l'article que j'ai écrit le 24 décembre dernier sur ce blog  ou consulter le site Internet du Collectif PARFER

Article rédigé par André Mansiaux

Repost 0
Published by Villette Développement Durable - dans Transport doux
commenter cet article
24 décembre 2007 1 24 /12 /décembre /2007 15:57





Savez vous qu'il existe 3 projets de tram train dans l'Est Lyonnais (dont un qui est en service depuis 1 an) :

- tram train LEA entre Meyzieu et Lyon Part Dieu

Voici 1 an que ce tram train a été inauguré et le succès va bien au delà de tout ce que les plus optimistes pouvaient rêver : il n'y a qu'à se pointer vers 9h au parking voitures pour voir qu'il est déjà plein.

undefinedIl faut dire que tous les atouts étaient réunis

- un "site propre" grâce à la prévoyance du Conseil Général du Rhône qui a repris la propriété de la "Ligne de l'Est" et qui a su conserver en l'état son tracé (il en est de même pour la partie Isère entre Pusignan et Crémieu qui appartient au Conseil général de l'Isère),
- un train moderne et confortable roulant en pointe à 70km/h, ce qui permet de faire le trajet en 26 mm (impossible de faire mieux en voiture au heures de pointe),
- le prix d'un ticket TCL urbain, soit 1,50 € pour un trajet : faites le calcul de ce que vous coûte le même trajet en voiture sans oublier les frais de parking à Lyon,
- le prolongement de la ligne A du métro jusqu'à La Soie depuis octobre dernier, ce qui permet avec un seul changement d'aller sur Villeurbanne, le 6ème et la Presqu'île,
- et pour finir un faible impact sur la planète, aussi bien en terme de pollution que d'émission de CO² (savez vous qu'un tram émet en moyenne 20 g de CO² par km et par passager, alors que cette émission est en ville de l'ordre de 300 g pour une voiture moyenne comportant 1 seul passager, ce qui est malheureusement la situation courante).

- tram train LESLYS entre l'aéroport Saint Exupery et Lyon Part Dieu

La plupart d'entre vous doit savoir qu'un autre projet de tram train est en discussion pour relier l'aéroport de Saint-Exupéry à la gare de Lyon Part Dieu : il s'agit de LESLYS qui devrait être mis en service d'ici fin 2009.
Ce tram train doit utiliser une nouvelle voie entre l'aéroport et le terminus de LEA à Meyzieu et utiliser LEA jusqu'à Lyon.

Mais savez vous :

- que son tarif sera prohibitif et calculé sur le tarif des Satobus actuels : 14 € le trajet aller,
- qu'aucun arrêt intermédiaire autres que la ZI de Meyzieu (terminus de LEA) et La Soie n'est prévu, afin d'avoir un trajet le plus court possible pour les passagers de l'aéroport.

Ce projet n'est donc absolument pas destiné aux habitants du secteur qui voudraient aller sur Lyon (dans le meilleur des cas il n'y aura qu'un abonnement à tarif préférentiel pour le personnel des entreprises travaillant sur l'aéroport)

- tram train entre Crémieu et Lyon Part Dieu

Mais êtes vous au courant d'un projet de tram train qui permettrait de prolonger LEA jusqu'à Crémieu en utilisant le tracé de la "ligne de l'Est" ? Je pense que, comme moi qui ai découvert ce projet il y a seulement quelques semaines, vous devez pour la plupart d'entre vous tomber des nues, surtout à Villette d'Anthon qui n'est pas directement sur son tracé (il pourrait y avoir une gare à Pusignan et une autre à Janneyrias, ce qui mettrait l'accès en voiture à 5 mn de Villette d'Anthon, ou à 15 mn en vélo)

undefinedCe projet est défendu depuis 2001 par un collectif nommé PARFER dont je vous invite à prendre connaissance en allant consulter leur site Internet (cliquez sur leur logo ci contre) : il est dirigé par une vingtaine de membres actifs venant de tous horizons (particuliers, associations, élus de tous bords).

Je ne vais pas reprendre dans cet article toutes les informations que vous pourrez trouver sur leur site Internet, mais seulement citer les principaux obstacles auxquels a du faire face PARFER avec énergie et détermination pour éviter un enlisement de ce projet d'intérêt public :

- empêcher le déclassement de l'emprise de la voie ferrée comme cela a été tenté par des élus locaux il y a quelques années,
- amener les élus locaux à adhérer à ce projet : il reste actuellement une personne qui n'est apparemment plus contre, mais qui n'est pas encore pour d'une manière claire, à savoir M. DEZEMPTE, Conseiller Général de Pont de Cheruy et Maire de Charvieu-Chavagneux (selon ses propos tenus récemment, "je suis pour, mais pas pour tout de suite à cause des finances du Conseil Général")
convaincre les élus à intégrer ce projet dans le SCOT de la Boucle du Rhône en Dauphiné qui couvre les 46 communes des arrondissements de Pont de Cheruy , de Crémieu et de Morestel (les SCOT ou Schéma de COhérence Territoriale ont pour vocation de fixer les grandes orientations en terme d'aménagement à moyen terme, en ce qui concerne notamment les variations de population, le développement des activités et des emplois et les besoins de transports) : le dernier SCOT local visant l'échéance 2020 a été approuvé à l'unanimité le 13 décembre dernier par les élus des communes et/ou communautés de communes)
- sensibiliser le Conseil Général de l'Isère à la problématique de transport collectif pour notre secteur géographique qui est très excentré par rapport au centre de décision de Grenoble et qui est souvent perçu comme "dépendant" de Lyon,
- sensibiliser ce même Conseil Général à l'intérêt d'un tram train alors que sa politique est axée à 100 % sur le bus, ce qui a bien sur du sens dans les zones de montagne : un projet de bus utilisant le site propre de la voie ferré a été mis en avant, et même s'il se heurte à un refus de tous les élus locaux, il n'est pas encore abandonné,
- amener les élus des 2 Départements à se parler pour avoir une approche globale et non pas 3 projets indépendants comme c'était le cas jusqu'à présent (LEA et LESLYS pour le Rhône et la liaison Crémieu - Meyzieu pour l'Isère) : la partie n'est pas gagnée, mais le dialogue a commencé à se mettre en place depuis quelques mois, avec notamment les interventions du député Alain MOYNE BRESSAND, du président du SCOT Adolphe MOLINA et du président du Conseil Général André VALLINI,
undefined- et pour finir un point fondamental lié au point précédant, à savoir le tracé de LESLYS : le projet initial prévoyait d'utiliser le trajet de la voie ferrée jusqu'à Pusignan et de passer sous la ligne TGV et sous la route express RD517E (les ouvrages d'art ont même été construits pour permettre ces 2 traversées : voir photo) ; le dernier projet qui a été retenu pour l'enquête d'utilité publique, prévoit de quitter la voie ferrée à la sortie de Meyzieu et de faire passer LESLYS en diagonale au sud de Pusignan, tout ceci pour gagner quelques centaines de mètres de voies.
Si ce tracé était définitivement retenu, il ne serait pas possible de mettre en commun les 3 km de voies entre Meyzieu et Pusignan, ce qui amènerait de tels surcoûts pour ce nouveau tram train, qu'il pourrait être abandonné ou fortement décalé.
Le Collectif PARFER a proposé au Commissaire Enquêteur un contre-projet  reprenant globalement le tracé initial ; les élus Verts du Conseil Régional ont également fait la même démarche.
Le Conseil Municipal de Pusignan s'est également opposé officiellement au nouveau tracé.
La prochaine étape sera le rapport du Commissaire Enquêteur, qui n'aura pas force de loi, mais qui devra être examiné attentivement par le Conseil général du Rhône en cas de remise en cause du tracé proposé.

Il est probable, qu'avec les échéances électorales de mars prochain (municipales et renouvellement du Conseiller Général de Pont de Chéruy), tous les élus vont devenir de grands défenseurs du tram train (les transports doux deviennent à la mode suite notamment au Grenelle de l'Environnement), ce qui est plutôt bien : il faut par contre que les futurs élus s'engagent d'une manière précise pour que tout ne soit oublié quelques semaines après, comme c'est souvent le cas, ce qui implique une forte mobilisation des citoyens.

Vous pouvez contribuer à cette mobilisation :

- en apportant votre soutien au Collectif PARFER (bulletin de soutien imprimable disponible sur leur site Internet : il n'y a pas obligation de contribution financière)
- en assistant à la prochaine réunion publique d'information organisée par le Collectif PARFER qui doit se dérouler 2ème quinzaine de février (la date et le lieu seront disponibles sur leur site Internet d'ici quelques semaines et je les repréciserai sur le blog).

Article rédigé par André Mansiaux

Repost 0
Published by Villette Développement Durable - dans Transport doux
commenter cet article
2 novembre 2007 5 02 /11 /novembre /2007 17:52



Certains d'entre vous ont peut être été surpris d'entendre un hélicoptère voler à basse altitude au dessus des champs de maïs au sud de la commune début septembre dernier (un même survol avait eu lieu pendant 2 jours au début de l'été).
2461-photo.jpgAprès quelques recherches sur Internet, j'ai trouvé qu'il s'agissait d'un traitement contre la chrysomèle du maïs suite à sa découverte dans un champ à Pusignan le 22 août.
Ce coléoptère originaire d'Amérique Centrale, a progressivement envahi l'Amérique du Nord, causant des dégâts considérables aux plantations de maïs (jusqu'à 80 de pertes de production). Il a été signalé la 1ère fois en Europe en Serbie en 1992 pour atteindre la France en 2002.
Vu les ravages faits par cet insecte, la France a mis en place une surveillance du territoire avec notamment 137 points de contrôle sur la région Rhône-Alpes en 2007, surveillance qui a jusqu'à présent permis d'éradiquer les quelques foyers découverts.
C'est la 1ère fois que sa présence était signalée dans la Région (un autre cas a été depuis découvert le 4 septembre à la Motte-Servolex en Savoie) et les préfets de l'Ain, de l'Isère et du Rhône, en lien avec la profession agricole et les maires des communes concernées (dont Villette d'Anthon), ont lancé (communiqué du 30 août) une campagne d'éradication qui a commencé le 3 septembre suivant les modalités suivantes :

- pulvérisation aérienne par hélicoptère d'un produit à base de deltaméthrine (20g/hectare) par vent inférieur à 3 sur l'échelle de Beaufort
- durée d'au moins une semaine
- pas de traitement à moins de 50 m des habitations et des cours d'eau
- nécessité de déplacer toutes les ruches à au moins 50 m des parcelles traitées (les doses utilisées rendant le produit toxique pour les abeilles)

Cette campagne m'amène les réflexions suivantes :

- de nombreuses habitations ainsi que l'école de Mons-Asnières (la rentrée avait déjà eu lieu) sont situées à beaucoup moins que 50 m des premiers champs de maïs : comment pouvons nous être sûr que la distance de 50 m a été respectée, au risque de ne pas traiter une partie des cultures ? Est ce que les familles ont été prévenues de ce traitement ?

- les cultures de maïs sont aussi très proches du marais de Charvas (une des seules zones humides de la région) : est ce que des précautions particulières ont été prises pour éviter un épandage sur cette zone ultra sensible ?  Il faut savoir que la deltaméthrine est un insecticide
classé  très toxique pour les organismes aquatiques, qui peut entraîner des effets néfastes à long terme pour l’environnement aquatique. 

- la chrysomèle et sa larve ne se nourrissent que de maïs et ne peuvent proliférer plus d'une année qu'en cas de maintien de maïs sur les mêmes parcelles plusieurs années de suite. Les recommandations données par le Ministère de l'Agriculture dès 2002 étaient de favoriser les rotations culturales. 

- Il faut savoir de plus que le vecteur principal de transport de la chrysomèle est l'avion (le 1er cas en Europe était proche de l'aéroport de Belgrade et les 1ers cas en France en 2002 concernaient des zones proches d'Orly, de Roissy et du Bourget ). Pourquoi ne pas avoir imposer la rotation culturale qui de toute manière est maintenant imposée pour 3 ans dans un rayon de 10 km autour de Pusignan : que de pesticides auraient ainsi être évités. 

- les organisations d'apiculteurs iséroises n'ont visiblement été informées qu'à réception du communiqué du 30 août, soit 8 jours après la détection de la chrysomèle, ce qui les a amené à faire une lettre ouverte au préfet de région le 7 septembre (lettre dont voici quelques extraits et que vous pouvez consulter en cliquant 
sur le lien ci-après :

http://www.gds38.asso.fr/web/gds.nsf/8cb279f7ace047aac1256c0f004cf0d5/c5cd14990168237ac125734f005bc8d2!OpenDocument) :

...nous remarquons que votre communiqué nous informant est parvenu le 30 Août pour votre action d’épandage le lundi 3 Septembre, qui plus est, une veille de week-end. Nous avons bien du mal à comprendre comment un laps de temps aussi court à bien pu être choisi sans vouloir nous associer à ce genre de décision alors que, bien plus tôt et non au pied levé, d’autres parties ont été conviées, dès les piégeages des coléoptères le 22 août ? ...
... Enfin et sur le long terme, comment envisagez-vous les prochaines campagnes de luttes contre la chrysomèle ? Saviez-vous que la chrysomèle, comme tout autre espèce d’insectes, se reproduit uniquement parce qu’il y a accoutumance de la même culture, au même endroit et chaque année ? Ne serait-il pas plus profitable de mener des actions pour débloquer le gel des terres agricoles et permettre aux agriculteurs le loisir de pratiquer des rotations triennales de leur culture pour, justement, réduire les recours aux insecticides ? Pensez-vous que l’espèce humaine ne s’en porterait pas mieux ?

Michel Effantin
Président du Groupement de Défense Sanitaire Apicole
Eric Perret
Président de l’Abeille Dauphinoise
Frédéric Chasson
Président du Syndicat Apicole Dauphinois



Je ne sais pas si le préfet a répondu, et si oui, la nature de sa réponse, mais il y a beaucoup d'efforts à faire et de mentalités à changer pour diviser par 2 les pesticides à une échéance de 10 ans (mesure prise par le Grenelle de l'Environnement et qui vient d'être votée par ailleurs par le Parlement Européen) !

Article rédigé par André Mansiaux

Repost 0
Published by Villette Développement Durable - dans Biodiversité
commenter cet article
29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 21:15



Le SIVOM de l'Agglomération de Pont de Chéruy (dont dépend Villette d'Anthon) a décidé en avril dernier de modifier la gestion des ordures ménagères à l'horizon 2009, avec notamment un double objectif :

- réduire le volume d'ordures à traiter,
- en diminuer le coût d'enlèvement.

Le conseil municipal de Villette d'Anthon a approuvé cette modification en juin dernier.

Le principe retenu est de moduler le montant individuel de la Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM) en fonction du volume réellement produit par chaque famille sur une année. On peut juste regretter que ce soit le volume qui soit pris en compte, et non pas le poids : les analyses menées par le SIVOM sur la base des expériences réalisées notamment en Alsace ont semble t' il montré que la prise en compte du poids aurait été trop complexe.

Ainsi pour voir une diminution la plus forte de sa taxe, il faudra :

- jouer à fond le jeu du tri sélectif,
- "acheter intelligemment" en favorisant les produits à faible emballage.

Pour mesurer les enjeux, il faut rappeler quelques chiffres :

- chaque français "produit" 360 kg de déchets,
- seulement 20% de ces déchets sont recyclés, le reste soit 290 kg, sont enfouis ou incinérés,
- 20 % des français refusent de faire un quelconque tri en considérant qu'ils payent un service et ne veulent pas changer leurs habitudes,
- les expériences menées en Alsace et en Belgique depuis maintenant 8 ans ont montré
une division par 3 du poids des ordures ménagères (100 Kg par personne), et une multiplication par 3,5 des déchets recyclés (70 %).

Comment cette modification sera mise en oeuvre :

- les containers individuels seront changés (ou modifiés ?) pour y  incorporer une puce électronique permettant d'en identifier la provenance lors de chaque enlèvement,
- chaque famille déclarera sa composition pour que puisse être pris en compte le nombre de personnes pour moduler le volume,
- la fréquence des enlèvements sera réduit (1 fois par semaine au lieu de 2) pour prendre en compte la diminution du volume et ainsi réduire les coûts d'enlèvement.

SRD-popup.jpgEn attendant cette mise en oeuvre, que chacun :

- améliore son tri aussi bien quantitativement que qualitativement (je pense que chacun a pu voir ces derniers temps un agent du SIVOM faire du porte à porte pour donner une nouvelle brochure très claire et insister sur ce qui doit ou ne doit pas être déposé dans les bacs jaunes : les statistiques montrent que 20 % des produits mis dans les bacs jaunes ne devraient pas y être, ce qui implique des coûts très importants de tri supplémentaire),

- privilégie les produits à faible emballage lors de leur achat (si ce mouvement est important, et il commence à l'être, les fabricants seront obligés de s'y mettre),

- s'informe sur les actions à mener sur le site de l'ADEME (accessible en cliquant sur l'affiche).



Article rédigé par André Mansiaux

Repost 0
Published by Villette Développement Durable - dans Gestion des déchets
commenter cet article
20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 12:42

JO

No d'annonce : 850

Paru le : 01/12/2007

Association : VILLETTE DEVELOPPEMENT DURABLE.

Identification R.N.A. : W383000730


No de parution : 20070048

Département (Région) : Isère (Rhône-Alpes)

Lieu parution : Déclaration à la sous-préfecture de Vienne.
Type d'annonce : ASSOCIATION/CREATION 


Déclaration à la sous-préfecture de Vienne. VILLETTE DEVELOPPEMENT DURABLE. Objet : mise en commun de connaissances et d’expériences dans le domaine du développement durable entre ses membres; conduite d’actions locales permettant de sensibiliser le public sur les enjeux du développement durable; sensibilisation des collectivités locales aux

besoins concrets d’intérêt général dans le cadre du développement durable.

Date de la déclaration : 20 novembre 2007.

 


No d'annonce : 727
Paru le : 06/12/2008

Association : ECO-CITOYENS DU NORD ISERE.

Identification R.N.A. : W383000730


No de parution : 20080049
Département (Région) : Isère (Rhône-Alpes)

Lieu parution : Déclaration à la sous-préfecture de Vienne.
Type d'annonce : ASSOCIATION/MODIFICATION 

 

Déclaration à la sous-préfecture de Vienne. Ancien titre : VILLETTE DEVELOPPEMENT DURABLE.  

Nouveau titre : ECO-CITOYENS DU NORD ISERE. Nouvel objet : agir sur le territoire du Nord Isère dans les domaines

de la protection de l’environnement et du développement durable de la planète. Ces actions porteront notamment sur la sensibilisation des publics (scolaires et adultes), collectivitésterritoriales et établissements publics au moyen de partenariats, conférences, expositions, réunions publiques.

Date de la déclaration : 24 novembre 2008.

 


No d'annonce : 624
Paru le : 05/05/2012

Association : ECO-CITOYENS DU NORD ISERE.

Identification R.N.A. : W38300073074


No de parution : 20120018
Département (Région) : Isère (Rhône-Alpes)

Lieu parution : Déclaration à la sous-préfecture de Vienne.
Type d'annonce : ASSOCIATION/DISSOLUTION 

 

Déclaration à la sous-préfecture de Vienne. ECO-CITOYENS DU NORD ISERE.  

Date de la déclaration : 25 avril 2012.

 


 

 

 

... alors merci à nos lecteurs d’avoir cheminé avec nous…

... aux enfants des écoles qui ont pu bénéficier de nos interventions en école primaire sur le changement climatique, en partenariat avec l’Education Nationale , basé sur le  projet de la main à la Pâte "Le climat, ma planète... et moi !"...

... au SICTOM de Morestel pour son accueil et la qualité de ses actions et échanges dans le cadre du  projet de prévention des déchets lancé avec l’ADEME auquel nous avons pu participer activement.

 


  

Certes l’association ECO-CITOYENS DU NORD ISERE n’est  plus… 

mais ce blog poursuivra sa route pour annoncer les parutions du Bulletin du Tram-Train, tous les événements du Collectif PARFER LYON<=>CREMIEU ou tout autre évènement important pour la citoyenneté de notre canton, de notre région, etc - voire les coups de gueule de notre ex-président.

 

Alors, peut-être à bientôt !

André MANSIAUX

Citoyen du Nord Isère.

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Accueil
commenter cet article

Une Question ?

  • : Le blog d'un éco-citoyen du Nord Isère
  • Contact