15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 13:06

Il se confirme, comme nous l'indiquions dans  l'article publié sur notre blog en août dernier, que la situation est bien bloquée dans le processus décisionnaire concernant le prolongement du tram train LEA de Meyzieu vers Crémieu, via Pusignan, Janneyrias et l'agglomération Pontoise.

Le processus de mise en place de l'AOT (Autorité Organisatrice des Transports), suite à la demande du Conseil Général de l'Isère en février dernier, a bien été lancé par le SYMBORD (Syndicat Mixte de la Boucle du Rhône en Dauphiné qui regroupe les élus des trois cantons de Pont de Cheruy, Crémieu et Morestel). Nous rappelons, pour mémoire, que c'est le SYMBORD qui a piloté le SCOT (Schéma de Cohérence Territorial définissant les grandes lignes de l'aménagement du secteur à 20 ans) et que ce SCOT, voté à l'unanimité des élus en décembre 2007, prévoit le prolongement du tram train.

Cette AOT ne pourra être mise en place que s'il y a l'accord de 100 % des communes concernées. Or,   selon l'article du Dauphiné Libéré du 3 juillet rendant compte de la réunion de la communauté de communes du 30juin 2008, les élus de la Communauté de Communes des "Portes Dauphinoises - Lyon Satolas" qui regroupe les six communes du canton de Pont de Cheruy (Anthon, Charvieu Chavagneux, Chavanoz, Janneyrias, Pont de Cheruy et Villette d'Anthon) se sont positionnés contre cette mise en place. Ils estiment que cela coûterait trop cher et qu'il vaudrait mieux que le canton de Pont de Cheruy intègre le département du Rhône pour "profiter" de la structure du SYTRAL qui est l'AOT du Grand Lyon.

Cette position nous semble juste un moyen de différer ce projet de tram train auquel certains élus ne se sont jamais réellement ralliés, sauf bien sûr juste avant les élections municipales et cantonales. Nous ne voyons pas en effet en quoi ce rattachement au département du Rhône pourrait coûter moins cher en final pour les contribuables que la mise en place d'une AOT sur le secteur (les coûts d'investissement et de fonctionnement seront toujours les mêmes). Demandez à vos connaissances qui habitent, ou ont habité, sur le Grand Lyon le montant des impôts locaux qu'ils payent,  et comparez avec ce que nous payons sur le secteur : vous serez édifiés. Par ailleurs comment peut on imaginer un prolongement du tram train qui s'arrêterait à la limite du canton de Pont de Cheruy, sans desservir les communes de Tignieu Jameyzieu et de Crémieu (communes hors Canton de Pont de Cheruy).

Dans ce contexte, nous avons soutenu la proposition du Collectif PARFER de lancer une pétition pour demander à la population d'apporter un soutien massif à cette demande de prolongement du tram train.
Depuis fin octobre cette pétition est lancée et notre association, comme toutes les associations et tous les particuliers qui soutiennent le Collectif, se mobilise pour que le nombre de signatures soit le plus important possible.

Article rédigé par André Mansiaux
 


Pour ceux qui veulent en savoir un plus sur ce projet de tram train, allez sur le site du Collectif PARFER et/ou prenez connaissance du texte ci-après que nous avions présenté lors de notre exposition sur le changement climatique fin mai 2008 à Villette d'Anthon :


 

Situation actuelle des transports dans le secteur :

- des transports en commun peu nombreux et peu efficaces,

- des embouteillages, de plus en plus, importants, sur les routes conduisant des cantons de Crémieu et de Pont de Cheruy vers la région lyonnaise,

- des coûts de carburant de plus en plus élevés (*),

- des émissions de polluants et de CO² accrues,

- de la fatigue, du stress, du temps perdu et des risques d'accidents,

- un parking du tram train LEA à son terminus de Meyzieu ZI complétement saturé.

(*) même si le prix des carburants a fortement baissé par rapport à la date où nous écrivions ce texte, ce en fonction de la crise économique mondiale que nous traversons, il augmentera d'une manière énéluctable dans les années à venir en fonction de sa raréfaction (nous avons atteint, ou nous atteindrons d'ici quelques années le pic de production : le déséquilibre entre l'offre et la demande qui en résultera ne pourra qu'entraîner une forte augmentation qui pourrait être pire que celle que nous avons connue l'été dernier).

Le projet :  

 utilisation de l'emprise de l'ancienne ligne du CFEL (Chemin de Fer de l'Est Lyonnais),

- 16 km en voie unique entre Meyzieu ZI et Crémieu avec des arrêts aux abords de Pusignan, Janneyrias, Charvieu Chavagnieux et Pont de Cheruy / Tignieu Jameyzieu,

- une absence de rupture de charge vers Lyon à l'arrivée à Meyzieu ZI,

- un temps de parcours de 50 mn entre Crémieu et Lyon La Part Dieu.

  Les contraintes qui ralentissent le projet de tram train

- une complexité administrative liée à l'implication dans le projet de 2 départements (Isère et Rhône),

- une complexité technique et organisationnelle à faire "cohabiter" 3 structures (LEA entre Lyon et Meyzieu, LESLYS entre Saint Exupery et Lyon, l'extension du tram train vers Crémieu),

- notre "éloignement géographique" du centre décisionnaire de Grenoble,

- une politique du Conseil Général de l'Isère qui privilégie un transport en bus en site propre sur l'ancienne voie du CFEL

 Les atouts qui pourraient le débloquer :

- le projet est mentionné dans le SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) de la Boucle du Rhône en Dauphiné qui a été voté à l’unanimité en décembre 2007,

- la mise en œuvre des mesures retenues lors du Grenelle de l’environnement, et qui prônent le développement des transports doux,

- la mobilisation des élus pour la concrétisation du projet (**),

- la mobilisation de la population concernée par le biais notamment de son appui au Collectif PARFER (***).

(**) nous espérons encore que les positions récentes prises par certains élus ne vont pas transformer ce que nous considérions en mai dernier comme un atout en une contrainte ralentissant le projet.

(***) la pétition actuelle, si elle atteint comme nous le pensons, une forte adhésion de la population, peut être un important levier pour faire avancer ce projet.

  Le Collectif PARFER :

- a été constitué en 2001 et est soutenu par plus de 1200 personnes venant de tous horizons (particuliers, associations, élus de tous bords),

- informe et mobilise les populations sur l’urgence de ce projet par le biais de réunions publiques régulières,

- est devenu l’interlocuteur des pouvoirs publics (participation au Comité de Pilotage mis en place par le Conseil Général de l’Isère sur les déplacements en transport collectif dans le Haut Rhône Dauphinois)

Partager cet article

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Transport doux
commenter cet article

commentaires

Une Question ?

  • : Le blog d'un éco-citoyen du Nord Isère
  • Contact