18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 20:23



 

undefinedSuite à la détection de chrysomèle ( insecte parasite du maïs) fin août 2007 sur Pusignan (ainsi qu'en Savoie), les préfets du Rhône, de l'Isère et de Savoie avaient décidé de procéder à un épandage massif d'insecticide par hélicoptère début septembre (voir l'article que j'ai écrit le 2 novembre dernier dans la rubrique "pesticides").
Cet épandage avait fait l'objet d'une vive réaction d'un certain nombre d'associations, notamment d'associations d'apiculteurs qui considéraient notamment que le trop court délai entre le communiqué de la préfecture et le début des épandages n'avait pu permettre à certains apiculteurs de mettre à l'abri les ruches proches des champs traités aux insecticides.
J'avais évoqué dans cet article que la raison principale de la prolifération des chrysomèles provenait de la suppression de la rotation annuelle des cultures qui étaient la règle de base de l'agriculture depuis des siècles (et qui continue à être appliquée dans la culture bio).
"La rotation culturale dans le cadre de la lutte contre la chrysomèle des racines du maïs est reconnue d’une grande efficacité" précise
un communiqué de la préfecture de la région Ile de France en février 2006 qui se félicitait que la législation devienne plus contraignante suite à la publication d'un arrêté au Journal Officiel du 16 février 2006 par le Ministère de l’agriculture et de la pêche.
Cette règle a été confirmée par un
nouvel arrêté du 17 octobre 2007 qui redéfinit notamment les 3 différentes zones pour mise en conformité avec les règles de l'UE : il interdit la culture du maîs pendant 3 ans dans la "zone focus" (1 km autour du lieu de découverte de la chrysomèle), pendant 2 ans dans la "zone de sécurité" (5 km autour de la zone focus) et recommande la rotation annuelle dans la "zone tampon" (34 km autour de zone de sécurité).

La carte ci-dessous montre :
- le lieu de découverte de la chrysomèle (étoile blanche située au sud de Pusignan)
- la limite de la zone de sécurité (cercle rouge)
undefined
On aurait pu s'attendre à ce que le préfet de l'Isère prenne également cette mesure de bon sens et impose donc cette mesure de rotation culturale dans la "zone de sécurité" : il n'en est rien, le préfet,
par un arrêté du 4 décembre dernier,  laissant le choix aux agriculteurs de pratiquer cette rotation culturale ou de la remplacer par l'utilisation d'insecticides.
La FRAPNA, l'Alliance Paysans et Consommateurs de l'Isère, la LPO, l'ADABIO et AVENIR se sont élevés contre cet arrêté et demandent un retour à l'obligation de rotation des cultures.
La préfecture veut, semble-t-il, calmer le jeu en précisant qu'il y aura une meilleure concertation avec les apiculteurs et que les épandages par hélicoptère seraient supprimés et remplacés par un traitement à base de granulés effectué en dehors de la période de floraison : le produit utilisé ne serait pas le Cruiser qui, bien qu'autorisé, aurait les mêmes effets néfastes que le Régent et le Gaucho qui ont été interdits. Il n'empêche que les sols vont être à nouveau pollués par ces insecticides qui vont être transmis à tous les êtres vivants, sans compter les quantités qui vont rejoindre la nappe phréatique de l'Est Lyonnais qui est source d'eau potable pour 1 500 000 habitants.
Si vous vous promenez en ce moment dans les chemins au sud de Villette d'Anthon, vous verrez qu'une partie (environ la moitié) des champs cultivés l'an dernier avec du maïs ont été ensemencés avant l'hiver avec du blé, le reste des champs étant juste labouré, dans l'attente probable d'un nouvel ensemencement de maïs au printemps.
A suivre

Article rédigé par André Mansiaux

Partager cet article

Repost 0
Published by Eco-citoyens du Nord Isère - dans Biodiversité
commenter cet article

commentaires

Une Question ?

  • : Le blog d'un éco-citoyen du Nord Isère
  • Contact